Que sont-ils devenus ?

Sur l'île d'Oléron, ne manquez pas le Théâtre d'Ardoise


14/07/2015

Il y a tout juste quatre ans, Histoires Ordinaires présentait l'étonnant Théâtre d'Ardoise qui accueille chaque été, au milieu des bassins d'affinage d'Oléron, musiciens, conteurs, et humoristes, prompts à partager huîtres, moules et verre de blanc avec le public. Depuis, Jean-Marc Chailloleau poursuit son incroyable pêche ostréiculturelle.





Dimanche, c'était « la première églade de moules participative du monde », ce vendredi une soirée jazz… Jean Marc Chailloleau baigne de nouveau dans ses Estivases. Et, ça se voit, ça s'entend, il est heureux. Heureux de voir de nouveau, comme chaque été, les spectateurs s'entasser dans le Théâtre d'Ardoise qu'il a créé au milieu de ses huîtres. 

Depuis quatre ans, le théâtre et le cadre alentour n'ont cessé de s'améliorer. Les rangs des bénévoles ont grossi : ils sont une cinquantaine aujourd'hui. Régionalement, et même nationalement, son théâtre insolite est maintenant reconnu. Du côté des élus locaux, c'est moins vrai, chaque commune défend d'abord sa propre  fête, mais ce regret se noie facilement dans les Estivases, les concerts, les contes ou les rires ; l'ambiance, l'amitié que spectateurs et artistes partagent avec le vin, les huitres et plus récemment les salades de légumes bio du coin.

La créativité du maître des lieux et de ses amis galope toujours. Depuis deux ans, le Théâtre d'Ardoise a ajouté à son programme des saynètes sur l'eau qui racontent des histoires d'ostreiculteurs. Il intégre la biodiversité du marais et détourne les objets abandonnés par l'ostréiculture. Ainsi, Jean Marc Chailloleau a repeint des palettes pour raconter une histoire de « transpalettuviers roses » à la Pauline Carton.

Son dernier spectacle, à lui, s'initule Mmouh, une interjection que les vieux de l'île reprennent couramment d'un haussement d'épaule. À travers une galerie de personnages, il joue une nouvelle fois avec la langue des gens d'ici, avec les décalages entre les vies d'hier et d'aujourd'hui. Mais le temps lui manque, avoue-t-il. Le Théâtre d'Ardoise d'abord. Il faut dire que le programme, durant tout l'été, est riche. Et vaut le détour même si vous passez très au large de l'île d'Oléron.

Le coup de cœur d'Otis Taylor





Nouveau commentaire :



Le billet de la semaine

​Notre-Dame de Palmyre

Nous pleurions lundi soir en voyant une part de notre histoire, de notre culture, de nous-mêmes, dévorée par le feu de l'enfer. Mais nos larmes sèchent déjà. C'était un accident, le monument a résisté, l'argent afflue vers la riche Paris. Nous reconstruirons, a dit le Président. Des grandes orgues et de milliers de poitrines jaillira, dans quelques années, un vibrant Alleluia. Douleur infime. Tellement éloignée de la douleur des Syriens, Kurdes, Irakiens, Afghans qui pleurent pour toujours la perte des Notre-Dame de Palmyre, de Mossoul, d'Alep, de Racca, de Bâmiyân : cités antiques, mosquées, églises, temples et statues... perdus à jamais non par accident mais par la haine d'une armée d'humains, leurs propres frères, fanatisés par un dieu fou. Depuis lundi soir, les Français peuvent seulement effleurer leur malheur pour, désormais, ne pas les oublier. 

Michel Rouger

 

18/04/2019

Nono

Newsletter