Que sont-ils devenus ?

Rémi Serres, l'infatigable laboureur de paix


07/08/2014

Depuis sa rencontre avec la rédaction d'Histoires Ordinaires, au printemps 2011, Rémi Serres n'a rien perdu de son énergie. Le paysan retraité de Cahuzac-sur-Vère, dans le Tarn, travaille toujours à libérer la mémoire des anciens appelés en Algérie, anime là-bas des voyages de réconciliation ; il se bat aussi pour défendre le monde rural contre des projets qui le menacent.





Retrouver notre article de 2011 : Rémi Serres a mal à sa guerre et à sa terre
 
Photo extraite du film " Retour en Algérie" d'Emmanuel Audrain
Photo extraite du film " Retour en Algérie" d'Emmanuel Audrain

« Il y avait beaucoup de larmes », confie-t-il au téléphone. C'est toujours avec une grande émotion que Rémi Serres raconte ses voyages en Algérie, avec les anciens appelés de l'association 4ACG  ou en famille. Il y a eu notamment les trois voyages de 2013 avec l'association. Une expérience forte dont rend compte superbement le film réalisé par le documentariste breton Emmanuel Audrain : Retour en Algérie« C'était d'une richesse incomparable, nous étions attendus partout », ajoute Rémi Serres, très présent dans le film.
 
À côté de l'association qu'il a fondée avec trois autres agriculteurs il y a tout juste dix ans,  à côté des multiples projets  débattus à l'assemblée générale de Sète en avril dernier, Rémi Serres, 76 ans aujourd'hui, est investi dans le Collectif pour la sauvegarde du Testet  qui se bat contre le barrage de Sivens, dans son département du Tarn, un barrage surtout destiné à irriguer des exploitations agricoles productivistes. Il est aussi de la bataille contre l'aéroport de Notre-Dame-des Landes où il s'est rendu deux fois. Mais « il y aussi le travail du jardin ! », tempère-t-il avec humour. Un jardin ouvert aux démunis ou militants alternatifs de passage…

M.R.




Nouveau commentaire :



Le billet de la semaine

​Notre-Dame de Palmyre

Nous pleurions lundi soir en voyant une part de notre histoire, de notre culture, de nous-mêmes, dévorée par le feu de l'enfer. Mais nos larmes sèchent déjà. C'était un accident, le monument a résisté, l'argent afflue vers la riche Paris. Nous reconstruirons, a dit le Président. Des grandes orgues et de milliers de poitrines jaillira, dans quelques années, un vibrant Alleluia. Douleur infime. Tellement éloignée de la douleur des Syriens, Kurdes, Irakiens, Afghans qui pleurent pour toujours la perte des Notre-Dame de Palmyre, de Mossoul, d'Alep, de Racca, de Bâmiyân : cités antiques, mosquées, églises, temples et statues... perdus à jamais non par accident mais par la haine d'une armée d'humains, leurs propres frères, fanatisés par un dieu fou. Depuis lundi soir, les Français peuvent seulement effleurer leur malheur pour, désormais, ne pas les oublier. 

Michel Rouger

 

18/04/2019

Nono

Newsletter