Que sont-ils devenus ?

A Brest, Yffic a sorti son film sur la grande tragédie


12/08/2014

Yffic parcourt toujours les quais et la mémoire du port de Brest. Le grand moment, depuis sa rencontre avec Histoires Ordinaires, a été la sortie de son film sur le drame de l'Ocean Liberty survenu en 1947.




Yffic reste hanté par le drame de l'Ocean Liberty, par ses victimes et ses héros comme Yves Bignon et François Quéré.
Yffic reste hanté par le drame de l'Ocean Liberty, par ses victimes et ses héros comme Yves Bignon et François Quéré.

L'âge fait parfois des siennes mais Yffic, le « maire du port de co' » à Brest, tient toujours bon la barre, à 77 ans, du travail de mémoire qui le fait voyager loin dans l'âme du grand port finistérien. Sur son blog, port.de.info, il continue de remonter les souvenirs enfouis chez tous ceux qui sont passés par là, y ont travaillé, souffert ou trouvé des bonheurs. 
 
De tous les évènements de la grande ou petite histoire du port brestois, c'est l'explosion du cargo Ocean Liberty qui assurément l'a toujours le plus hanté et poussé à agir pour que personne n'oublie. Ainsi a-t-il obtenu depuis notre rencontre en 2011 que deux rues honorent la mémoire d' Yves Bignon et François Quéré, deux marins héroïques lors du drame. 
 
Surtout, il a mené à bien la réalisation du film sur la tragédie qui fit 26 morts et des centaines de blessés le 28 juillet 1947. Au bout de quatre ans de travail avec une équipe constituée autour de lui, il a pu, dans la soirée du 4 février 2014, présenter au public un documentaire de 45 mn inédit. Au court reportage de l'époque, découvert à l'Institut national de l'audio-visuel, il a pu ajouter le travail qu'il a mené minutieusement depuis années : les témoignages recueillis, les documents et photos retrouvés... 
 
Ce film n'est sûrement pas une fin. La pêche aux souvenirs restera toujours la grande passion d'Yffic Dornic qui un jour, chômeur sans domicile, vint chercher du travail chez les dockers du port de Brest. 





Nouveau commentaire :



Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter