Citoyenneté / Libertés

L'élection présidentielle de 2012 ? «Même pas peur»!


21/04/2011

Pas question de se laisser manipuler par les candidats à l'élection présidentielle qui vont encore jouer sur les angoisses. Sur le thème «2012 Même pas peur ! », les étudiants du réseau Animafac ont mobilisé les jeunes et leurs idées pendant un an.




En 2002, au lendemain du fameux premier tour de l'élection présidentielle, qui avait vu le socialiste Lionel Jospin devancé par Jean-Marie Le Pen, ils avaient lancé l'opération «Va voter» pour inciter les étudiants à faire barrage au candidat d'extrême-droite. 

En 2006, prolongeant la mobilisation des jeunes dans la révolte des banlieues eot la bataille contre le CPE, ils avaient choisi "2007, pas sans nous".  Pour l'élection de 2012, les animateurs du réseau Animafac, qui regroupe quelque 12 000 associations étudiantes, ont décidé de contrer les discours sécuritaires manipulant les peurs.

Comme on le voit sur notre vidéo tournée à Rennes en avril 2011 et sur le site 2012 Même pas peur, c'est d'abord une campagne de libre expression, multiforme, que le réseau Animafac a animée. Animafac est en effet sans couleur politique et se pose avant tout comme « agitateur citoyen ». Voir sur ce document Pdf la synthèse des réflexions et propositions recueillies 







1.Posté par Lemoine CHRISTOPHE le 19/05/2011 09:26
christophe
Tres bien cette video

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Vote bleu

Les voilà enfin, dans trois semaines, ces fameuses élections européennes, ce grand moment démocratique unique au monde où les citoyens de vingt-huit pays peuvent dire quelle direction doit prendre aujourd'hui leur destin commun. Du sérieux !  Sauf que les Britanniques qui ont décidé de quitter l'Union vont sans doute quand même voter. Que partout paradent de futurs députés qui veulent la détruire. Qu'en tous pays, le calcul des places l'emporte sur les projets. Et que mardi dernier la Cour de Justice de l'Union a permis aux multinationales, dans le cadre de l'accord de libre échange avec le Canada (CETA), d'attaquer les Etats qui ne se soumettent pas.  Les juges, qui siègent au Luxembourg, trinquent-ils trop avec les banquiers du paradis fiscal ? En fait,  ils appliquent simplement les lois anti sociales et pro business de l'Union dont le drapeau bleu est celui des bleus à l'âme.  Le 26 mai, il faudra pourtant voter bleu, En regardant bien sur les listes ceux qui veulent changer tout ça. 

Michel Rouger

01/05/2019

Nono