Vu, lu, entendu...

19/12/2014

D'Haïti à Gaza : des photographes récompensés



D'Haïti à Gaza : des photographes récompensés
95 photographes ont participé à l'édition 2014 du Prix Photo de l'AFD, l'Agence française de développement, qui vise à sensibiliser le grand public aux enjeux du développement des pays du Sud et à « rendre hommage au travail essentiel des photographes engagés». Trois prix étaient en jeu. Voici les lauréats.

Le prix du meilleur webdocumentaire est allé à « ReConstruire Haïti » que nous avons présenté ici en juin 2014. Il a été réalisé par un collectif de journalistes parmi lesquels Jean Abbiateci, que nous connaissons bien à Histoires Ordinaires, et Pierre Morel, l'auteur des photos. 

Le prix du meilleur reportage photo a été remis à Romain Laurendeau pour « Sidi Moussa ». Sidi Moussa est un village situé à 30 km d'Alger qui résume le drame vécu par les Algériens depuis l'indépendance. Petit paradis  agricole à l'origine, il est devenu un fleuron de l'industrie socialiste algérienne dans les années 70 avant de plonger dans une grave crise dans les années 80 et le terrorisme des années 90. Aujourd'hui, la paix est revenue mais les blessures restent à vif.  

Le prix du meilleur projet de reportage photo a été remis à Massimo Berruti qui, avec les 15 000 euros reçus, va réaliser un travail sur la crise de l'eau et les risques engendrés pour la santé des habitants à la suite des lourds dommages causés aux installations par l'opération israélienne  « Bordure protectrice » de juillet 2014.

A lire aussi sur youphil









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires