Vu, lu, entendu...

19/12/2014

D'Haïti à Gaza : des photographes récompensés




D'Haïti à Gaza : des photographes récompensés
95 photographes ont participé à l'édition 2014 du Prix Photo de l'AFD, l'Agence française de développement, qui vise à sensibiliser le grand public aux enjeux du développement des pays du Sud et à « rendre hommage au travail essentiel des photographes engagés». Trois prix étaient en jeu. Voici les lauréats.

Le prix du meilleur webdocumentaire est allé à « ReConstruire Haïti » que nous avons présenté ici en juin 2014. Il a été réalisé par un collectif de journalistes parmi lesquels Jean Abbiateci, que nous connaissons bien à Histoires Ordinaires, et Pierre Morel, l'auteur des photos. 

Le prix du meilleur reportage photo a été remis à Romain Laurendeau pour « Sidi Moussa ». Sidi Moussa est un village situé à 30 km d'Alger qui résume le drame vécu par les Algériens depuis l'indépendance. Petit paradis  agricole à l'origine, il est devenu un fleuron de l'industrie socialiste algérienne dans les années 70 avant de plonger dans une grave crise dans les années 80 et le terrorisme des années 90. Aujourd'hui, la paix est revenue mais les blessures restent à vif.  

Le prix du meilleur projet de reportage photo a été remis à Massimo Berruti qui, avec les 15 000 euros reçus, va réaliser un travail sur la crise de l'eau et les risques engendrés pour la santé des habitants à la suite des lourds dommages causés aux installations par l'opération israélienne  « Bordure protectrice » de juillet 2014.

A lire aussi sur youphil





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono