Vu, lu, entendu...

11/04/2013

L'expo Champs/Contre champs à Guingamp




"Migrant Mother" de Dorothea Lang (1936)
"Migrant Mother" de Dorothea Lang (1936)
A Guingamp (22) a lieu l'exposition Champs/Contre-Champs aux plusieurs séries photographiques sur le thème de la ruralité.

Des photos magnifiques de Dorothea Lange immortalisant, dans le sud des Etats-Unis à la fin des années 30, ces fermiers les plus pauvres touchés par la grande Dépression, à la série d'une photographe suisse, Dalila Ingold, qui fixe sur son boîtier les habitants du pays de Guingamp à l'heure du repas. En passant par la campagne britannique, ou une communauté villageoise en Ariège dans les années 60. Et plusieurs autres encore ! 

Ne pas oublier de prendre le temps de regarder les films, comme celui sur "la guerre du lait en Bretagne en 1972", une crise toujours d'actualité, ou "Les moissons du futur" de Marie-Dominique Robin, tour du monde de pratiques agricoles respectueuses de l'homme et de l'environnement.

Le tout est gratuit. Il faut juste avoir prévu une plage de temps suffisante pour ne pas repartir frustré!

( Jusqu'au 26 mai 2013 )




Tags : Alternatif



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires