Vu, lu, entendu...

Saint-Brieuc distingue et soutient les photoreporters


23/10/2013



Au Népal, par Marie Dorigny
Au Népal, par Marie Dorigny
Jusqu'au 11 novembre, a lieu à Saint-Brieuc, dans les Côtes d'Armor, la 2° édition du Festival Photoreporter. Les reportages de treize photoreporters (sur 300 dossiers venant de 40 pays) ont été retenus par le jury et sont exposés dans une dizaine de lieux de la Baie de Saint-Brieuc. Le soutien aux photoreporters, qui ont beaucoup de mal aujourd'hui à vivre de leur travail, les publications recourant souvent à des photos amateurs, est au cœur de la démarche du Festival.  Un fonds a été créé pour aider des photoreporters à financer eux-mêmes leurs reportages : 150 000 € ont été ainsi recueillis auprès d'une quarantaine d'entreprises et ont aidé à la réalisation des travaux présentés. 
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​So frenglish, n'est-il pas ?

My God ! Pas de Digital Tech Conference, pour moi, ce 30 novembre à Rennes. J'ai zappé Book your pass ! Le Pass XL pour le cocktail VIP, bof. C'est surtout que je loupe les battles d'une trentaine de speakers sur les sujets les plus hype du numérique : côté DigitalFood, l'arrivée de la food robolution et plus encore côté DigitalLove cette question stimulante : "Est-ce que les innovations du type sex dolls et sex robots sont réellement le futur du sexe ?"  Avec la coordinatrice du SexTechLab, premier hackaton sextech organisé à Paris l'an dernier. Moi qui me rêvais un peu in, me voilà out, exclu, sans avenir, à la porte du nouveau monde américain, condamné à parler, m'habiller, manger, penser français comme d'autres hier breton, berbère ou wolof. Condamné, pour oublier, à écouter  un disque inusable de Boris Vian. 

Michel Rouger

29/11/2018

Nono