Lu, vu, entendu... Migrants

Un webdocumentaire sur « La machine à expulser »


02/06/2011



Des dizaines de milliers de personnes sont enfermées chaque année dans les centres de rétention administrative en vue d'être expulsées. Il y a aujourd'hui vingt-cinq centres de cette sorte sur le territoire français dont onze sont habilités à enfermer des familles et des enfants. Des lieux de privation de liberté, de plus en plus sécurisés, qui échappent à notre regard.

La machine à expulser parle de ceux dont la vie bascule ainsi, soudain, lors d'un contrôle d'identité, pour le seul délit de ne pas avoir de papiers. Julie Chansel et Michaël Mitz ont recueilli leurs paroles, entre deux rendez-vous devant un juge, dans l'anonymat de leur chambre du CRA, parfois à quelques heures d'être embarqués vers un pays que, pour la plupart, ils ne connaissent pas. 





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Septembre 2017 - 17:43 La commune où l'on aime vivre ensemble



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono