Vu, lu, entendu... Europe

10/07/2013

Aux racines de la crise économique européenne


« Comment osent-ils ? » Sous ce titre, le président du Parti du travail de Belgique (PTB), Peter Mertens, avait publié en décembre 2011 un réquisitoire sur la crise économique européenne. Un web-documentaire réalisé par la plate-forme Docwerkers, s'inspire aujourd'hui de l'ouvrage. Tout aussi engagé mais posant toutes les bonnes questions, il invite à répondre d'abord à celle-ci : quelle Europe voulons-nous ?



Aux racines de la crise économique européenne
 Le webdocumetaire se présente en cinq épisodes.

1. « Une crise bancaire par semaine »

2. « Plus d’austérité que ça, tu meurs »

3. Le paradis fiscal

4. Bratwurst, Lederhosen und Minijobs (ou les coulisses du « modèle allemand »)

5. Quelle Europe voulons-nous ?






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono