Vu, lu, entendu... Afrique

Mon Faso : un webdocumentaire donne la parole aux Burkinabés


25/02/2011




Mon Faso : un webdocumentaire donne la parole aux Burkinabés
Six burkinabés "nous racontent leur quotidien et leur vision du Burkina Faso. De la place des femmes à la liberté de la presse, chacun nous parle d'un aspect du pays, à travers son histoire".

Le deux auteurs Anaïs Dombret, photographe et Sylvain Pioutaz, réalisateur, ambitionnent de nous "faire découvrir ce pays d'Afrique de l'ouest, sur lequel les médias traditionnels se penchent assez rarement".

En six courts métrages mêlant vidéos, photos et interviews retrouvez les "histoires ordinaires" de Hadja SAVADOGO l'étudiante à Bobo Dioulasso, GERMAIN le photographe à Ouagadougou, SAM'SK le présentateur radio, EBOU la femme au foyer, enfin SERI le président d'association.

Une initiative intéressante de “juste un peu flou”, un collectif de jeunes journalistes/photographes/vidéographes. A visionner sur le site MonFaso.net. Petit conseil préférez la version bas débit, nettement plus fluide !






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Le couple diabolique

Increvables, le néolibéralisme et le vieux nationalisme dansent ensemble en Europe depuis trente ans. Le premier précarise les salariés, impose de nouveaux servages, oppose l'individu au collectif et le consommateur au citoyen, dérègle le climat et empoisonne le vivant : c'est tout bénéficie pour le second qui exploite le désarroi, racornit les esprits, vend ses mensonges et illusions. Aujourd'hui, le couple, décidé à régner encore plus sur le Vieux Continent, tente une nouvelle escroquerie aux élections européennes du 26 mai :  faire croire que seul l'un peut stopper l'autre. Contre la liste Le Pen, votez Macron. Contre la liste Macron, votez Le Pen. C'est tragique. Et absurde : la majorité au Parlement européen va se jouer comme d'habitude entre la droite  et la gauche. Pour les électeurs, par exemple, qui ont envie d'une Europe sociale, écologique et démocratique, il est nécessaire de faire passer le maximum de listes de gauche au-dessus de 5%, le seuil pour avoir des députés. Nécessaire de voter pour freiner, sinon stopper, le duo diabolique.  

Michel Rouger

16/05/2019

Nono