Vu, lu, entendu... Asie-Pacifique

Ancrée par amour au fond de l'Azerbaïdjan, Joanna a réalisé son rêve


01/09/2011

Au fin fond de l’Azerbaïdjan, vit une vieille dame, une française, Joanna Botteau. Au sortir de la seconde guerre mondiale, elle a suivi son amoureux et est restée. Joanna avait un vieux rêve : revoir la France. Il vient de se réaliser. Le journaliste Sabuhi Mammadli l'a rencontrée là-bas pour l'ONG IWPR, l’Institute for War and Peace Reporting. Il raconte.




(Photo Sabuhi Mammadli)
(Photo Sabuhi Mammadli)
La première chose qui m’a frappé chez Joanna Botteau, c’est son nom qui n’avait rien d’azerbaïdjanais. J’étais à ce moment-là à la recherche d’informations sur les victimes des inondations de la ville d’Imishli. Intrigué, je me suis renseigné et j’ai découvert que c’était le nom d’une femme de 83 ans, vivant près du village de Murguzali. Je n’ai eu de cesse  alors que d’en savoir plus sur cette vieille dame.
 

Une aventure d’amour en pleine guerre

L’histoire de Joanna commence comme un roman à l’eau de rose. Jeune fille de bonne famille, elle tombe amoureuse d’un jeune homme venu de son Azerbaïdjan natal rejoindre la Résistance. « Nous vivions à Lyon où mon père était un homme en vue. Il avait des  liens étroits avec le Général de Gaulle. Il fournissait secrètement des armes aux partisans. Il aidait les blessés à se cacher », se rappelle Joanna.
 
Shammad Shirmammadov, soldat soviétique, est capturé et fait prisonnier de guerre en Italie. Il réussit à s’échapper et à passer en France en 1944. Il rejoint la Résistance et devient ami de Paul Botteau qui a une sœur absolument ravissante.
 
Deux ans après la fin de la guerre, Shammad et Joanna persuadent Jean Botteau de les laisser se marier. « Mon père organisa un mariage en grande pompe à Paris et, un mois après, j’avais un visa du consulat soviétique pour entrer en Azebaïdjan », dit-elle, « nous avons voyagé pendant deux mois à travers toute l’Europe, puis Moscou et enfin Baku. »

Au début de l'aventure (archives personnelles de Joanna Botteau)
Au début de l'aventure (archives personnelles de Joanna Botteau)

Le choc

De Baku, ils partent pour Imishli et enfin Murguzalli, où Joanna se souvient d’avoir été « horrifiée par la chaleur  et le nombre de moustiques. Ce qui était le plus horrible, c’était de voir cette petite française élégante arriver en carriole au village », ajoute-t-elle en riant.
 
On avait annoncé à la famille de Shammad qu’il avait été tué à la guerre. On imagine alors sans mal l’accueil fait au jeune couple. « Quand nous sommes rentrés dans la cour, toute la famille était là. Aussitôt qu’ils ont vu Shammad, ils se sont mis à crier, à pleurer et à se jeter par terre. On a compris ensuite que, le croyant mort, ils avaient déjà célébré ses obsèques et porté le deuil. »
 
A la demande de la famille, Joanna se convertit à l’Islam et change son prénom pour Amina. « Au début, j’ai eu du mal à m’adapter à une culture et à des coutumes si différentes. C’était aussi très dur de supporter le climat. La chaleur a failli me tuer. Je pensais que les mouches et les moustiques pouvaient dévorer les gens : je n’avais jamais vu cela avant. Mais je n’ai jamais regretté ma décision. Notre fils Raphaël est né un an plus tard. Malheureusement, notre bonheur n’a pas duré longtemps, Shammad est mort peu de temps après. »
 
La mère de Joanna alors tente de sortir sa fille d’Union Soviétique, venant même jusqu’à Baku pour la rencontrer. Mais jamais, les autorités n’accepteront que Joanna quitte le pays avec son fils, citoyen soviétique. « Ma mère m’a dit qu’il n’y avait pas d’autre solution que d’abandonner l’enfant et partir. J’ai refusé : c’était tous les deux ou personne. Donc nous sommes restés. »Après cette rencontre, elle n’a plus revu sa famille. Ils se sont beaucoup écrits, surtout avec son frère Paul, alors diplomate en Inde.
 
La coutume voulait que la veuve épouse le membre de la famille le plus proche.  Elle va donc se marier avec le cousin de son défunt mari. La famille s’agrandit d’un fils et de deux filles. Aujourd’hui, Joanna a trente petits-enfants et vingt-deux arrière petits-enfants.
 

Son rêve

Plus le temps passe, plus son rêve de venir se recueillir sur les tombes de sa famille en France, devient fort.
 
Elle a déjà essayé dans les années 90. Elle avait alors sollicité l’aide de Ahmadiya Jabrailov, qui avait, comme son mari, combattu dans la Résistance, ce qui lui avait valu la Croix de Guerre et bien d’autres honneurs. Persécuté par les autorités soviétiques à son retour, il avait pu enfin être reconnu comme héros lorsque le Président de Gaulle s’enquit de lui lors de sa visite à Moscou en 1966. « J’étais sûre que ce partisan légendaire et ami proche du Général pouvait m’aider à aller en France. »
 
Bien qu’il l’eut promis, cela ne put se faire car Jabailov fut frappé par une tragédie : son fils, blessé dans le conflit de Nagorny Karabahk, mourut peu de temps après. « Mon rêve s’est arrêté là », confie Joanna
 
Alors que je m’apprêtais à partir, Joanna m’a demandé de l’aider. « Il ne me reste pas beaucoup de temps à vivre. Si je meurs avant de rendre visite à ma patrie, mon esprit ne sera jamais en repos. »
 
Je n’étais pas sûr de ce que je pouvais faire, mais de retour à Baku, j’ai téléphoné à l’ambassade de France pour leur parler de cette citoyenne française qui voulait tout simplement revoir son pays d’origine. La porte-parole de l’ambassade, Jamila Akhundova, m’a assuré que le cas de Joanna serait pris en compte et qu’un membre du consulat la contacterait. « Si elle est en mesure de fournir les documents requis, elle obtiendra son visa », a expliqué Mme Akhundova.
 
Mais Joanna  devait aussi prouver qu’elle avait assez d’argent à la banque pour avoir le droit de se rendre en France. « Rappelez-vous, l’Europe est en crise, m’a rétorqué Zevfira Guliyeva du consulat,  l’ambassade de France ne peut assumer les coûts du voyage. » Joanna ne pourrait-elle jamais revoir le pays de son enfance ?

Finalement son rêve s'est réalisé. Son histoire a ému. A l'automne 2011, munie d'un visa de trois mois, Joanna a revu son pays natal et sa famille. Au retour, son esprit aura trouvé le repos.
 
Sabuhi Mammadli 
Traduction de la Rédaction
Version originale sur le site d’IWPR  
 






1.Posté par Tomolillo René le 17/09/2011 19:43

Chère Madame ,

quelle joie se serait pour nous si nous pouvions concrétiser enfin ce rêve de voyage en France !
Pensez-vous que la communauté française pourrait vous être utile dans la réalisation de ce rêve , et si oui , où pourrions -nous vous contacter afin que nous mettions cela sur pied ?
Manifestez-vous , je suis sûr que votre pays de naissance par l'intermédiaire de sa population sera heureux de prendre cela en charge . Je m'engage à participer financièrement et au besoin à vous trouver rapidement un accueil pour votre séjour .
Mille bisous à vous Madame.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2016 - 18:30 « La loi de Bibendum » contre un village indien

Jeudi 15 Mai 2014 - 21:39 La toile de jute, l'or du Bengale



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Coucou

« Je suis là ! » François Hollande, le retour. Un bon quart d'heure sur France 2 mardi pour confondre ses détracteurs. Comme Nicolas Sarkozy, accueilli par TF1 le 22 mars pour vilipender ses accusateurs. Comme Emmanuel Macron, reçu ce 12 avril aussi sur TF1 par JPP, le passe plats du terroir, pour enrayer la protestation sociale. Les télés de la V° République aiment beaucoup servir sur leurs plateaux les plans com' des présidents... Donc François Hollande est de nouveau là, entre les deux autres. Il nous fait de grands signes. Il existe. Il a même noirci 288 pages sur « Les leçons du pouvoir ». Des leçons pour son successeur. pas pour lui. Des leçons pour nous. Dont une, vieille comme le monde mais prodigieusement confirmée  : un leader politique, eût-il laissé en ruines le parti qui lui avait offert la victoire et tous les pouvoirs, eût-il été le plus impopulaire des présidents, ne se rend jamais. Même pas à l'évidence. 

Michel Rouger

11/04/2018

Nono