Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pierre Mollo, l'infatigable pédagogue de l’invisible

Reportage : Rémi Mer


24/06/2021

Aujourd'hui retraité, Pierre Mollo n'arrête pas de parcourir le monde, de faire naître des projets comme des vocations. Toujours autour du monde de la mer. Son univers, le plancton. Ce plancton à l'origine de la vie, base de l'alimentation, indicateur essentiel du changement climatique.


« L'essentiel est invisible pour les  yeux. » Cette phrase, attribuée à Saint Exupéry, est aussi la sienne. Né à Port-Louis, mais du côté de Locmalo, précise-t-il, il a vu son grand-père pêcheur partir et revenir au port pour vendre sa pêche quotidienne. Quand ses parents montent à Versailles chercher du travail, lui reste au port pour continuer ses études primaires. Contraint de monter à Paris au moment d'entrer au collège, il revient dès qu'il peut sur ses terres, voir sa mer. Ses études ? Un CAP d'ajusteur qui sera longtemps son seul diplôme et son sésame pour faire carrière. 
20210624_pierre_mollo_pedagogue_de_l__invisible.mp3 20210624 Pierre Mollo pédagogue de l'invisible.mp3  (7.33 Mo)


Il aurait pu être acteur et comédien si le sort en avait décidé autrement. Affecté à Brest pour son service militaire dans la Marine, il profite d'une perm' pour chercher du travail sur la côte Sud. Le hasard fait bien les choses : 
« Je me suis fait embaucher par des Japonais qui voulaient développer l'aquaculture sur la presqu'île de Quiberon. »
Ses nouveaux patrons profitent de son expertise du milieu marin. Homards, araignées et crevettes n'ont pas de secret pour lui. Il profite de son nouveau statut pour parfaire ses  connaissances en biologie marine, à coups de lectures et de rencontres. Sa curiosité fera le reste. 

« Indispensable à la vie humaine »

Planctons
Planctons
Il découvre alors le monde intime et invisible du plancton végétal (phytoplancton) et animal (zooplancton) ainsi que les modes de reproduction et de croissance des espèces marines. Le microscope devient ainsi son principal outil de travail de laboratoire. Il le restera toute sa vie pour partager au grand public sa passion pour ce monde invisible du plancton.
« Le plancton est à l'origine de la vie sur terre ou plutôt en mer » ; il est à la base de la chaîne alimentaire. Il est donc indispensable à la vie humaine et à l'alimentation mondiale, notamment à travers les ressources de la pêche. Mais c'est aussi lui qui assure la production de la moitié de l'oxygène que nous respirons. »
Son premier projet personnel sera de contribuer à mettre en place l'écloserie de homards sur l'île d'Houat, en étroite collaboration avec les pêcheurs locaux. Plus tard, il devient le conseiller technique aquacole de ses amis pêcheurs réunis au sein d'une coopérative de pêcheurs de Lorient, loin d'un mode de production industrielle, peu respectueux ds écosystèmes marins. 

Phytoplancton
Phytoplancton

Enseignant en aquaculture

A la cessation d'activité de la coopérative en 1976, Pierre est contacté par le nouveau lycée aquacole de Guérande... pour enseigner  l'aquaculture ! On part alors de rien, ou presque.
« Tout était à faire : il fallait écrire le contenu des programmes d'enseignement, les progressions pédagogiques... »
Et au passage équiper les établissements de matériel de laboratoire et même de projection audiovisuelle des diatomées et autres larves d'huîtres.  Mais le caractère pionnier de l'expérience le tente. Toujours autour du plancton. Il s'agit d'apporter des bases de biologie, d'écologie et d'économie des milieux.  
« Je travaillais avec des professionnels de métiers aussi différents que les paludiers, les pêcheurs... et les ostréiculteurs. »
Des métiers de la mer enfin réunis autour d'une même approche globale du milieu marin.
Après une courte expérience en Méditerranée, il revient dans les années 80 sur ses côtes bretonnes... comme enseignant-chercheur ! Sacrée revanche pour le titulaire de CAP qui a su faire valoir auprès du ministère de l'Agriculture (et de la Pêche) son expérience et sa connaissance intime de ces milieux marins trop longtemps ignorés. 

La terre et la mer : deux mondes à relier


Il est affecté au centre pédagogique Cempama (*), situé sur le site de Beg Meil à Fouesnant qui sera rattaché plus tard à l'établissement Agrocampus de Rennes.
« Ma mission est alors de rapprocher le monde de la terre -l'agriculture- et les mondes de la mer. »
L'impact des activités agricoles est déjà sensible sur la mer. Après les marées noires, sont venues les marées vertes, très présentes en Bretagne. Pierre Mollo veut mettre en évidence l'interdépendance écologique et économique des deux écosystèmes en partant de la goutte d'eau, du bout du champ au bout du quai. 
« J'ai alors imaginé un bus intitulé « La ferme qui roule »  équipé de microscopes et d'écrans de visualisation pour faire des animations dans toute la Bretagne auprès de jeunes scolaires  comme des professionnels (agriculteurs, pêcheurs) ou des plaisanciers. »
Aujourd'hui Pierre alerte sur les risques des marées rouges dues à des algues toxiques, comme les dinophysis, qui interdisent régulièrement la pêche à pied et la vente de coquillages. 

Larves de crabes
Larves de crabes

Le plancton, bio-indicateur du changement climatique

Dans l'intervalle, le plancton est devenu  un excellent indicateur du changement climatique dans l'océan en suivant les migrations des planctons et donc des espèces marines qui en dépendent. Pierre Mollo se bat tous les jours pour faire reconnaître la présence et l'utilité du plancton à travers des observatoires locaux, des outils entre les mains des citoyens.

L'objectif : alerter à la fois sur la dimension écologique mais également mettre en lumière les opportunités d'un développement économique maîtrisé et respectueux des écosystèmes. Cela l'a d'ailleurs amené à promouvoir  notamment en Bretagne la création d'unités de production de spiruline. Un aliment reconnu pour ses qualités nutritionnelles.

Autodidacte éclairé, aujourd'hui doté d'un diplôme universitaire de maîtrise en ethnologie marine, Pierre travaille avec les organismes officiels de recherche, comme l'IFREMER et les stations biologiques de Roscoff ou Concarneau. Il participe aussi à des animations au centre Océanopolis à Brest.

Désormais reconnu par ses pairs il est invité à donner des conférences un peu partout dans le monde, en Chine, au Viet-Nam, en Afrique.... Mais il veut sensibiliser en priorité les jeunes auprès de qui il n'hésite pas à partager sa culture maritime. Et imaginer le monde de demain, un monde où l'invisible aurait refait surface en contribuant à la sur-vie de toutes les espèces. 

Avec le compositeur Antonio Santana, Pierre imagine en 2016 les premières notes d'une symphonie musicale entièrement dédiée à la mer. « Le concert a été donné en avant-première chez moi au port de Locmalo », précise Pierre, non sans fierté. Une belle reconnaissance : le plancton sort enfin des abysses pour être porté aux nues en 2018 dans le cadre de la citadelle qui fêtait les 400 ans de la ville de Port-Louis avec "La voix des océans". Tout un symbole.

© Photos  Plancton&Innovations, Océanopolis

(*) Cempama : Centre d'étude du milieu et de pédagogie appliquée du ministère de
l'Agriculture
Pour en savoir plus :   
www.plancton-du-monde.org
www.observatoire-plancton.fr 

Coccolithes
Coccolithes



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
< >

Mardi 30 Novembre 2010 - 18:55 Les sept vies d'un Breton irréductible

Jeudi 10 Février 2011 - 14:41 Pierre Rabhi, défricheur de l’agroécologie

Citoyenneté / Libertés | Justice / Inégalités | Travail | Vie rurale | Quartiers | Condition des femmes | Différences | Planète | Alternatives | Éducation