Vu, lu, entendu... Logement

10/11/2011

Ne manquez pas la sortie de « Squat »




« Squat », le documentaire de Christophe Coello suit les membres du collectif de réappropriation urbaine barcelonais Miles de Viviendas de 2003 à 2011. Il propose un autre regard sur les squatters. «  Quand je les ai rencontrés en 2003, explique Christophe Coello dans une interview à J.M. Dinh, ils étaient en train de fonder le collectif.... Je leur ai proposé de filmer leur vie quotidienne sans la trahir mais je voulais garder carte blanche. »
 
En prises directes, sans interview ni voix off pour faciliter la compréhension, c'est une démarche originale que le film propose de suivre : il ne s'agit pas ici seulement de se loger mais de reprendre le contrôle de sa vie. « C'est une action illégale qui s'avère légitime. C'est aussi stimuler les autres mouvements, pour travailler en réseau avec d'autres collectifs ou soutenir les populations ciblées par les spéculateurs immobiliers.

Etre ensemble permet de diminuer la peur, pas seulement celle de la matraque mais aussi celle du vide. Ils politisent leur vie quotidienne. Leur idée n'est pas de prendre le pouvoir mais de le dissoudre. Il y avait 200 000 personnes dans la rue, le samedi 29 octobre, à Barcelone, rassemblés sous le slogan « De l'indignation à l'action ». Après la manif les gens sont allés occuper la fac de lettres et un immeuble pour reloger les gens expulsés. »

 
 
Pour organiser une projection, soutenir le film ou tout simplement aller le voir, toutes les informations sur le site du film Squat la ville est à nous 
 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono