09/11/2010

L'enfant, l'artiste et Obama


Obama est déjà à l'épreuve mais il restera dans l'Histoire. L'Association"Vivier d'Art" le souligne dans une opération originale intitulée "Faisons un rêve".


L'enfant, l'artiste et Obama
Vendredi 10 décembre, ils étaient une  trentaine réunie par l’association VIVIER D’ART autour des deux fresques de Laurent Jasmin. Après un bref rappel du périple des deux œuvres d’art dans les entreprises, commerces, écoles et chez les particuliers, c’est  en quarante-huit morceaux  qu’elles ont été découpées et dispersées pour se retrouver dans dix ans, le 10 décembre 2020, à nouveau réunies à la porte des Champs Libres à Rennes.

Laurent Jasmin a réalisé deux fresques de 3 m chacune (peinture et collages) inspirées de la tragique odyssée des Noirs américains depuis leur déportation d'Afrique jusqu'aux combats de Martin Luther King ou de Malcom X.

Les fresques ont circulé ces derniers mois chez des particuliers, dans des commerces, des entreprises, donnant lieu à de riches discussions notamment lors des vernissages. 

Principe de l'opération: l'acheteur fait cadeau du fragment de la fresque à un enfant ou à un jeune pour signifier qu'une utopie, telle l'élection d'un président noir aux Etats-Unis peut un jour se réaliser. Précisions sur le site du Vivier d'Art., opération "Faisons un rêve".



Nouveau commentaire :







Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires