Vu, lu, entendu...

08/05/2015

Quand Heol fait "splash" sur la façade du "grand bleu".


Le muraliste Heol Art n'hésite pas à se jeter dans le vide, assuré par les cordistes de l'Asso des cimes, pour repeindre la façade d'un des plus anciens immeubles HLM du quartier de Cleunay à Rennes, le "grand bleu". Au grand plaisir et étonnement des habitants, associés au projet.



Dans le cadre du festival Urbaines à Rennes, l'artiste Heol a réalisé une fresque, attaché à des cordes, à plus de 30 mètres de hauteur. L’immeuble emblématique de Cleunay quartier populaire de Rennes, Le Grand Bleu, construit par l’architecte Maillols, sert de support à ce projet soutenu par Archipel habitat et la Ville de Rennes.

Heol ne pourrait pas réaliser cette performance sans l’assistance active de l’Asso des cimes. Un collectif qui propose de la grimpe, des concerts et de la peinture dans les arbres ! « C’est un vrai challenge de transposer ce système qu’on développait au fond des bois jusqu’ici » explique Jules des Bois, de l'Asso des cimes. 
 

Avant, pendant, après...
Photos Didier Gouray
 

Heol et Jules des Bois, le président de l’association, ont déjà collaboré sur ce genre de performance mais jamais aussi haut ! Pour réaliser cette fresque, ils ont investi toutes les subventions obtenues dans du matériel : cordes, poulies, peinture… Un travail qui a demandé de longs mois de préparation. Heol a aussi rencontré et travaillé avec les habitants sur plusieurs ateliers de création.

Extraits d'un article de Didier Teste,
sur le site de Rennes métropole


Une vidéo "made in MIC MAC FACTORY"

La vidéo, un des éléments créatifs de cet évènement artistique, est réalisée par le collectif Mic Mac Factory dont Heol est un des animateurs. 
A la photo : Marvin Michielini, Jules Desbois, Franck Bihour, Julien Mignot, Fabien Champeronde. Montage vidéo : Marvin Michielini. Titrage : Greg Bouchet.

Musique originale spécialement composée et exécutée par Miloud Léridon.




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires