Vu, lu, entendu...

08/05/2015

Quand Heol fait "splash" sur la façade du "grand bleu".


Le muraliste Heol Art n'hésite pas à se jeter dans le vide, assuré par les cordistes de l'Asso des cimes, pour repeindre la façade d'un des plus anciens immeubles HLM du quartier de Cleunay à Rennes, le "grand bleu". Au grand plaisir et étonnement des habitants, associés au projet.


Dans le cadre du festival Urbaines à Rennes, l'artiste Heol a réalisé une fresque, attaché à des cordes, à plus de 30 mètres de hauteur. L’immeuble emblématique de Cleunay quartier populaire de Rennes, Le Grand Bleu, construit par l’architecte Maillols, sert de support à ce projet soutenu par Archipel habitat et la Ville de Rennes.

Heol ne pourrait pas réaliser cette performance sans l’assistance active de l’Asso des cimes. Un collectif qui propose de la grimpe, des concerts et de la peinture dans les arbres ! « C’est un vrai challenge de transposer ce système qu’on développait au fond des bois jusqu’ici » explique Jules des Bois, de l'Asso des cimes. 
 

Avant, pendant, après...
Photos Didier Gouray
 

Heol et Jules des Bois, le président de l’association, ont déjà collaboré sur ce genre de performance mais jamais aussi haut ! Pour réaliser cette fresque, ils ont investi toutes les subventions obtenues dans du matériel : cordes, poulies, peinture… Un travail qui a demandé de longs mois de préparation. Heol a aussi rencontré et travaillé avec les habitants sur plusieurs ateliers de création.

Extraits d'un article de Didier Teste,
sur le site de Rennes métropole


Une vidéo "made in MIC MAC FACTORY"

La vidéo, un des éléments créatifs de cet évènement artistique, est réalisée par le collectif Mic Mac Factory dont Heol est un des animateurs. 
A la photo : Marvin Michielini, Jules Desbois, Franck Bihour, Julien Mignot, Fabien Champeronde. Montage vidéo : Marvin Michielini. Titrage : Greg Bouchet.

Musique originale spécialement composée et exécutée par Miloud Léridon.




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires