Vu, lu, entendu...

08/05/2015

Quand Heol fait "splash" sur la façade du "grand bleu".


Le muraliste Heol Art n'hésite pas à se jeter dans le vide, assuré par les cordistes de l'Asso des cimes, pour repeindre la façade d'un des plus anciens immeubles HLM du quartier de Cleunay à Rennes, le "grand bleu". Au grand plaisir et étonnement des habitants, associés au projet.


Dans le cadre du festival Urbaines à Rennes, l'artiste Heol a réalisé une fresque, attaché à des cordes, à plus de 30 mètres de hauteur. L’immeuble emblématique de Cleunay quartier populaire de Rennes, Le Grand Bleu, construit par l’architecte Maillols, sert de support à ce projet soutenu par Archipel habitat et la Ville de Rennes.

Heol ne pourrait pas réaliser cette performance sans l’assistance active de l’Asso des cimes. Un collectif qui propose de la grimpe, des concerts et de la peinture dans les arbres ! « C’est un vrai challenge de transposer ce système qu’on développait au fond des bois jusqu’ici » explique Jules des Bois, de l'Asso des cimes. 
 

Avant, pendant, après...
Photos Didier Gouray
 

Heol et Jules des Bois, le président de l’association, ont déjà collaboré sur ce genre de performance mais jamais aussi haut ! Pour réaliser cette fresque, ils ont investi toutes les subventions obtenues dans du matériel : cordes, poulies, peinture… Un travail qui a demandé de longs mois de préparation. Heol a aussi rencontré et travaillé avec les habitants sur plusieurs ateliers de création.

Extraits d'un article de Didier Teste,
sur le site de Rennes métropole


Une vidéo "made in MIC MAC FACTORY"

La vidéo, un des éléments créatifs de cet évènement artistique, est réalisée par le collectif Mic Mac Factory dont Heol est un des animateurs. 
A la photo : Marvin Michielini, Jules Desbois, Franck Bihour, Julien Mignot, Fabien Champeronde. Montage vidéo : Marvin Michielini. Titrage : Greg Bouchet.

Musique originale spécialement composée et exécutée par Miloud Léridon.







Le billet de la semaine

​Les Martiens


« Nous y sommes ! Nous voilà ! », a tweeté Emmanuel Macron. Où donc ? C’était le jeudi 18 février peu avant 22 h. Le président français semblait revenu de Mars avec l’astromobile Perseverance. C’était comme s’il avait planté notre drapeau là-bas. Certes, il se trouvait devant un écran mais c’est l’imaginaire qui compte. Quel voyage ! L’homme (moins la femme) sera toujours ainsi à la conquête de l’extrême, des sommets aux abysses, la chevauchée la plus fantastique restant bien sûr la Conquête de l’Ouest. Car notre trip vers Mars semble au XXIe ce que la Ruée vers l’or fut au XIXe. La Starship, la fusée d’Elon Musk, le fantasque milliardaire, est notre cheval. Musk ne pourra pas envoyer des humains sur la Planète Rouge avant longtemps mais peu importe. Le principal est comment exploiter Mars, comment faire du business. Et comment rendre supportable l’insupportable. Oublier la Terre qui se déglingue. Quoi qu’il en coûte. Une chose est certaine : de la planète humaine, tous les Musk du monde ont déjà décollé. 

Michel Rouger
les_martiens.mp3 Les martiens.mp3  (1.15 Mo)


24/02/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires