12/07/2011

Pougne-Hérisson, le Nombril du Monde



Autoproclamé « Nombril du Monde » sous l'impulsion du conteur poitevin Yannick Jaulin, la commune de Pougne-Hérisson organise un grand festival, en pleine Gâtine poitevine, les années paires.

« La légende dit qu’au commencement est le verbe. Puis le verbe se fait émotion, et devient feu, celui des origines ou Big Bang mythologique.
Partie de l’épicentre de cette explosion première à Pougne-Hérisson, une gerbe enflammée dépose le pollen d’histoires sur toute la planète, mais les histoires reviennent régulièrement à la source de leur naissance, Pougne-Hérisson. Une fois le feu refroidi, il se fait pierre dans la Mine de contes. C’est ici que la parole se repose. »


Voilà comment Pougne-Hérisson est devenu le Nombril du Monde. Projet militant de développement en milieu rural, le festival est axé autour des arts de la parole, conte, spectacle de rue, humour, musique…

Eté 2011, année impaire, pas de festival mais cela ne va pas empêcher le village de s’agiter en prenant son temps. Aux visiteurs, les habitants entraînés depuis presque 20 ans par Yannick Jaulin, un p’tit gars du pays, proposent rire et ressourcement. Vous y croiserez artistes en résidence, stagiaires en formation, musiciens ou conteurs. 

Rendez-vous le « samedi 16 juillet – c’est pas l’quatorze » pour une grande soirée festive, apéro-bal et ciné en plein air.
 








Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires