Vu, lu, entendu...

12/07/2011

À Paris, la Loge...



La Loge, c’est un tout petit lieu à petit prix (tarif moyen à 9 €), dédié à la jeune création, situé au 77 rue de Charonne dans le 11ème. Quatre-vingt places assises et toute l’énergie de trois jeunes « entrepreneurs culturels » pour ouvrir cette « couveuse » d’artistes en voie de professionnalisation. « La Loge, confie sa directrice Alice Vivier, est une salle intimiste, un théâtre qui rend l’écoute des spectateurs bienveillante. »

Du 1er au 29 juillet, s’ouvre le festival Summer of Loge. « L’été, nous réinvitons des musiciens et des compagnies qui sont passées dans l’année ; c’est une fête, et l’occasion de fidéliser le public, de même que ces artistes eux-mêmes. La salle ne vit que grâce à ses recettes, donc, pour qu’elle existe, il faut du monde et des idées. »

La Loge est avant tout un lieu de vie, avec un bar où se mélangent à l’envie public et artistes. Rendez-vous donc jusqu’au 29 juillet avec les huit compagnies invitées. Le thème de la saison : les frontières et les limites.
 

À Paris, la Loge...




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Fou du Puy

En cet an de grâce 2020, le Président de la République Française a donc offert au vicomte vendéen Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon le privilège d’ouvrir la saison culturelle estivale avec ses troupes médiévales et archaïques en lieu et place des poètes, musiciens, comédiens et autres saltimbanques d’aujourd’hui empêchés. De tout le pays fusent les protestations, bruissent les questions. Pourquoi le vicomte ? Pourquoi cet affront au grand voisin vendéen, le radical Clemenceau, dont le chef de la "guerre" anti-virus dit pourtant aussi s’inspirer ? Le Président communiquant joue avec tous, son Premier ministre, ses députés, ses opposants mais surtout, il est fou du Puy du Fou. Le jeune bourgeois picard adoubé à Paris par un président socialiste mais déplorant l’absence de la "figure du roi ", avait lancé en 2016, visitant le vicomte : "Je ne suis pas socialiste", "je suis Puyfolais". Plus que de Clemenceau, Puyfolais 1er va donc peut-être s’inspirer de Cathelineau ou Charette pour rassembler ses troupes de Marcheurs aujourd’hui quelque peu en désordre.

Michel Rouger

28/05/2020

Nono












Partenaires