Vu, lu, entendu...

01/04/2012

Franca Rame, la complice de Dario Fo



Franca Rame, la complice de Dario Fo
Marine Bachelot a été conquise par le théâtre du monologue, politique et populaire de Dario Fo et Franca Rame. L'une ne va pas sans l'autre et l'autre sans l'une, de l'avis même du célèbre Dario Fo : « Je dois mon Nobel à cette dame, sans elle je ne l’aurais pas eu ! » Franca Rame, son épouse depuis 1954, avec qui il écrit et met en scène : couple inséparable dans le militantisme au service de toutes les grandes causes... 

Ils ont à leur actif plus de 70 comédies et presque 300 monologues. « Elle est capable de démolir entièrement ce sur quoi je travaille depuis des mois. Et puis nous le reconstruisons ensemble et je découvre qu’elle m’a sauvé d’une catastrophe et que ce qui n’était pour moi qu’une critique sauvage et désastreuse, est l’acte le plus généreux qui soit »


« Franca ne recule devant rien ! »

Plus de cinquante ans de vie commune, des années de théâtre mais aussi de combats dans un pays où fascisme et terrorisme ne riment pas avec leur théâtre militant et satirique, toujours du côté des opprimés. Ils seront bannis des plateaux de télévision, expulsés des structures officielles, censurés... Franca Rame le paiera chèrement : en 1973, elle est enlevée, torturée et violée par des militants d'extrême-droite. Elle le cachera pendant des années à Dario Fo jusqu'à ce qu'elle écrive et joue « Viol ».

« Franca ne recule devant rien !  Elle a le courage d’exprimer certaines idées, certaines valeurs, la constance, le rationalisme, l’ordre au milieu de tout le désordre que j’organise à tout moment. C’est elle qui s’occupe de tout... » dit d'elle Dario Fo. « Ne jamais se mentir, surtout en ce qui concerne les projets. Nous ne sommes pas en compétition. Nous vivons toutes les situations côte à côte, il y a des hauts et des bas, comme dans toutes les familles mais ce qui nous sauve, c’est d’avoir toujours eu le courage de repartir à zéro. Nous sommes repartis à zéro des dizaines de fois. Il y a chez tous les intellectuels le devoir de se laisser gagner par ce qui les entoure ».

Artiste hors normes, Dario Fo reçoit le Prix Nobel de Littérature en 1997. Le jury le lui décerne pour avoir entre autres « dans la tradition des bateleurs médiévaux, fustigé le pouvoir et restauré la dignité des humiliés. »


Franca Rame, la complice de Dario Fo
Publications en français :

Allons-y, on commence : farces, Paris, F. Maspero, 1977
Mort accidentelle d'un anarchiste, Paris, Dramaturgie, 1983
Mystère bouffe : jonglerie populaire, Paris, Dramaturgie, 1984
Histoire du tigre et autres histoires, Paris, Dramaturgie, 1984
Récits de femmes et autres histoires, avec la collaboration de Franca Rame, Paris, Dramaturgie, 1986
Le Gai savoir de l'acteur, Paris, L'Arche, 1990
Johan Padan à la découverte des Amériques, Paris, Dramaturgie, 1995
Mort accidentelle d'un anarchiste ; Faut pas payer ! Paris, Dramaturgie, 1997
Récits de femmes  : suite, Paris, Dramaturgie, 2002
Le pays des Mezaràt : mes sept premières années, et un peu plus : [récit] avec la collaboration de Franca Rame, Paris, Plon, 2004
Liens Dario Fo et Franca Rame dans l'actualité en France  





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Fou du Puy

En cet an de grâce 2020, le Président de la République Française a donc offert au vicomte vendéen Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon le privilège d’ouvrir la saison culturelle estivale avec ses troupes médiévales et archaïques en lieu et place des poètes, musiciens, comédiens et autres saltimbanques d’aujourd’hui empêchés. De tout le pays fusent les protestations, bruissent les questions. Pourquoi le vicomte ? Pourquoi cet affront au grand voisin vendéen, le radical Clemenceau, dont le chef de la "guerre" anti-virus dit pourtant aussi s’inspirer ? Le Président communiquant joue avec tous, son Premier ministre, ses députés, ses opposants mais surtout, il est fou du Puy du Fou. Le jeune bourgeois picard adoubé à Paris par un président socialiste mais déplorant l’absence de la "figure du roi ", avait lancé en 2016, visitant le vicomte : "Je ne suis pas socialiste", "je suis Puyfolais". Plus que de Clemenceau, Puyfolais 1er va donc peut-être s’inspirer de Cathelineau ou Charette pour rassembler ses troupes de Marcheurs aujourd’hui quelque peu en désordre.

Michel Rouger

28/05/2020

Nono












Partenaires