Vu, lu, entendu...

12/09/2012

Le voyage de Magali à Paris



Le voyage de Magali à Paris
Magali a tout préparé : ce n'est pas une mince affaire que d'embarquer poussette, biberons et vêtements pour la petite Clara. Une véritable expédition que d'aller à Paris au Service d'Accompagnement à la Parentalité de Personnes Handicapées (SAPPH). 

Magali a de multiples fois téléphoner à Edith Thoueille ou à Martine Vermillard, pendant sa grossesse, puis, quand le bébé est née. Pour se rassurer, pour savoir comment faire, pour anticiper sur les étapes suivantes du développement de sa petite fille : « Autant profiter du savoir des autres, je ne vais pas tout réinventer » dit-elle. 

Ils lui ont été bien utiles les conseils des deux puéricultrices. En effet, pas toujours facile de faire face aux réflexions : « Dès que quelque chose ne va pas avec le bébé, c'est parce qu'on est aveugle. Il faut toujours faire mieux que les autres. », avait avoué Magali, l'an dernier, lors du tournage de la vidéo  pour le site
 
 

 
 

Elle trouve dur de se rendre à Paris et de ne pas avoir à proximité un lieu où elle puisse parler avec des professionnels qui s'y connaissent sur ces petites choses du quotidien qui lui compliquent la vie. Elle a des questions plein sa besace : « J'aimerais lire des histoires à Clara, je n'en ai pas trouvé pour son âge et puis les livres en braille sont très chers, comment faire ? Et puis Clara va bientôt marcher... Je vais avoir un cours de portage, c'est qu'elle devient lourde... »

Elle sait qu'elle trouvera au SAPPH une éducatrice pleine de ressources pour ces trucs et astuces qui lui font défaut, une psychologue et une puéricultrice prêtes à l'aider dans les difficultés spécifiques qu'elle rencontre et prêtes à lui pointer du doigt les richesses qu'elle développe, par son handicap, dans l'éducation de son enfant. 

Sur le chemin du retour, elle est intarissable sur Amina qui, avec douceur et fermeté, lui a appris à porter Clara avec efficacité. Puis le silence s'installe. Elle avoue refaire dans sa tête la réunion du groupe de parole du vendredi après-midi. Elle a cherché, avec d'autres parents, des solutions à des problèmes concrets. Elle n'a pas pu proposé son aide : elle habite trop loin. 

Elle a été surprise d'entendre des prises de position différentes des siennes sur des problèmes de fond. Elle n'était pas d'accord et a longuement tourné dans sa tête ses convictions sans pouvoir encore les exprimer. Il faudrait pour cela qu'elle puisse participer régulièrement mais Paris, c'est définitivement trop loin. 

Elle est revenue, pleine d'informations rassurantes à partager avec son mari qui n'avait pu faire le déplacement. « A l'hôpital, j'ai rencontré des professionnels qui m'ont écoutée. Etre en lien avec d'autres parents comme moi m'aiderait et je ne suis certainement pas toute seule à le penser. Pourquoi ne pas créer un groupe de paroles pour les parents handicapés dans un service de PMI qui existe déjà ? Avec l'aide d'Edith Thoueille et de Martine Vermillard, pourquoi pas ? »  
 
 

Pour suggérer et échanger des informations, vous pouvez écrire dans la case "commentaire"  ci-dessous. Merci.

 
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires