Livres

12/03/2015

Au « Rencard des Mots Dits » (vidéo)


On vous l'avait annoncée, la voici : la vidéo du lancement du livre « Le Rencard des Mots Dits », édité avec fierté par les éditions Histoires Ordinaires. C'était le 3 mars. Les chercheurs d'emploi de Redon ont partagé ces mots qui s'écoutent autant qu'ils se lisent.



C'est Christine Cordonnier, la responsable du service Action Culturelle des Champs Libres à Rennes, qui, micro en main, a accueilli chaleureusement les chercheurs d'emploi de Rebond-Dire-à-Redon. Ils ont été applaudi par le public qui découvrait la richesse de ces poèmes, dignes héritiers de ce qu'on appelle la poésie populaire.

Le moment était d'importance pour ce groupe qui, depuis plus de trois ans, chemine dans l'écriture avec Gigi Bigot, la conteuse et Denis Prost, l'animateur d'Aide Emploi Service. Les mots jaillis de leur colère, ils les ont « artistisés », comme ils disent, et les mots leur ont rendu la pareille : aujourd'hui, ils sont debout et forts pour partager leur cheminement.

(Photo Christian Baudou / Fouet Cocher)
(Photo Christian Baudou / Fouet Cocher)

Des illustrations qui détournent les mots imprimés

Ce que la vidéo ne montre pas, cs sont les illustrations qui ont été en partie réalisées avec Claire Lafont-Rapnouil. Elle leur a proposé de modeler du papier journal. « Un journal, explique-t-elle, parle des problèmes qui sont le quotidien des chercheurs d'emploi. Avec les mots, ils les ont domptés et en ont fait des textes percutants, drôles, tendres, émouvants… C'était intéressant l'idée de détourner les mots imprimés et de les mettre au service de l'imaginaire. Au début, les chercheurs de Rebond-Dire n'osaient pas trop puis ils se sont familiarisés et cela a donné des découvertes intéressantes mises en lumière grâce aux photos de Christian Baudu. Technique facilement accessible, le papier journal est un support qui aide à la création. »

Le livre « Le Rencard des Mots Dits »  est en vente dans toutes les bonnes librairies ou à commander sur le site Histoires Ordinaires . Il se lit de préférence à voix haute, avec ou sans amis, au café des Maudits, un lieu sympathique, où on peut transformer les maux en mots dits, car comme dit Gigi Bigot, « un souci qui est dit, est un souci de parti ».

​Retrouvez aussi  le reportage : 

À lire : « Le Rencard des Mots Dits », par des chercheurs d'emploi de Redon



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires