Livres

"Deux petites notes", un ouvrage inédit à partager entre parents et enfants

Le livre-CD a été aussi conçu pour les parents "empêchés" de lire


04/12/2017

Un groupe de passionnées publie aujourd'hui aux Éditions Histoires Ordinaires un ouvrage à la forme inédite. Destiné aux parents et à leurs enfants, "Deux petites notes" est une histoire à lire, sur 48 pages ou à écouter sur un CD mais il y a plus. L'album est enrichi de repères tactiles et d'indications en braille ainsi qu'un livret en braille intégral. S'y ajoutent un marque-page avec fenêtre, une typographie spécialement adaptée aux dyslexiques et bien d'autres trucs et astuces pour que tous les parents et enfants puissent partager l'histoire de Manon.




deux_petites_notes.mp3 Deux petites notes.mp3  (9.08 Mo)


VOIR AUSSI CE DOSSIER DE PRESSE ET LE REPORTAGE DE FR3  BRETAGNE CI-DESSOUS

Tout livre est lui-même une histoire et celle-ci mérite d'être racontée. Il était une fois, dans une ville de la banlieue rennaise, Magali, une maman non-voyante. Une batailleuse. Elle et Romuald, son mari, avaient dû vaincre bien des obstacles pour voir enfin Clara réjouir leur foyer (voir cette vidéo  d'Histoires Ordinaires). Mais le combat n'est jamais fini pour des parents non-voyants. Comment lire une histoire à Clara quand les albums en braille sont rares, coûteux et bien sûr illisibles pour un enfant voyant ?

Magali en a rapidement parlé à deux de ses amies, deux anciennes enseignantes qui l'accompagnent depuis le début : Marie-Annick  Bastit et Marie-Anne Divet. Celle-ci, responsable des Éditions Histoires Ordinaires et très engagée, notamment avec le livre "Parfum de victoire", sur la parentalité des personnes en situation de handicap, a vite coordonné un projet. D'autant qu'une histoire pour enfants cherchait son éditeur !

L'auteure : Odile Bonnet, conteuse domiciliée à Viroflay, dans les Yvelines et amie d'Histoires Ordinaires. L'histoire : Manon, 4 ans, pense que depuis l'arrivée du bébé, il n'y a plus de place pour elle dans le cœur de sa maman.

"Deux petites notes", un ouvrage inédit à partager entre parents et enfants

Un grand travail collectif

Une illustratrice est aussitôt sollicitée, Claire Lafont-Rapnouil, déjà auteure des dessins du "Rencard des Mots Dits". Le petit groupe de travail, d'emblée, se fait une réflexion :  le projet ne doit pas seulement concerner les mal-voyants mais les parents ayant d'autres formes de handicaps comme la dyslexie et même tous ceux et celles qui sont "empêchés" de lire parce qu'illettrés, ayant de mauvais souvenirs de l'école et de ses apprentissages ou ne connaissant pas le français. 

Les quatre femmes, passionnées par leur sujet, entament le travail. Une aventure de plus de deux ans où elles vont mobiliser un nombre impressionnants d'acteurs. 

Des financeurs, car le prix doit être bas. Une tâche que connaît bien Marie-Anne Divet. Successivement, la Ville de Rennes, le conseil départemental, les fondations mutualistes Handicap & Société et Harmonie Solidarités vont décider d'apporter leur soutien. 

Un imprimeur. L'ambition pédagogique du groupe est sans limite : ce sont des étudiant·e·s en BTS Industries Arts Graphiques du Lycée Coëtlogon, à Rennes, qui réaliseront les travaux : ils se sensibiliseront ainsi à l'accessibilité de la lecture.

Pour le braille, les éditrices font travailler les salariés des esat de Retiers (Ille-et-Vilaine) et Renaissance à Lille. Pour les tests, une institutrice de CP, Léna Herrouin, soumet l'histoire de Manon à ses élèves. 

Bien d'autres compétences vont se trouver pareillement entraînées. Outres les musiciennes qui entourent déjà la conteuse Odile Bonnet, la violoncelliste et pianiste Nicole Pouvereau, la harpiste Valentine Caillau, et la flûtiste Odile Lacroix, on appréciera la voix de la conteuse bretonne Marie Chiff'mine, et celle bien connue des lecteurs et auditeurs d'Histoires Ordinaires, Alain Jaunault.

Un livre, un CD mais aussi un livret en braille intégral, un marque-page avec lucarne de lecture…
Un livre, un CD mais aussi un livret en braille intégral, un marque-page avec lucarne de lecture…

Une série d'outils

Grâce à cette mobilisation collective et à la détermination des chevilles ouvrières qui ont dû elle-même passer à la fabrication, par exemple des cernes sur les dessins, cette réalisation finalement artisanale fourmille d'innovations.

Les non-voyants et mal-voyants disposent, selon leurs degré de difficultés, de la version audio, d'un livret en braille intégral et, sur le livre, de repères tactiles et en braille. Pour les dyslexiques et les apprentis lecteurs et lectrices de tous âges, la lecture est facilitée par la couleur ivoire, des mots et des lignes aérés, des caractères de taille confortable et de couleurs différentes pour s'y retrouver dans les personnages, des illustrations simples et parlantes (et belles…), un texte découpé en segments, un marque-page avec une lucarne de lecture…

Sur le CD, à la lecture du conte pour tous publics, avec son accompagnement musical,  ont été ajoutées une lecture spécifique pour les adultes et enfants dyslexiques ou les adultes ne sachant pas lire le français ainsi qu'une audio-description des illustrations pour les personnes non voyantes avec repérage tactile. Les trucs et astuces sont tels que le CD commence par un guide d'utilisation du livre et du CD. 

Qui peut le plus peut le moins :  "Deux petites notes" apportera du plaisir à tous. A ceux qui sont "empêchés" de lire comme à toux ceux et celles,  adultes et enfants, qui adorent simplement lire : au passage, ils trouvent là une bonne occasion de découvrir d'autres voies pour entrer dans l'univers des mots et de la musique.

On devine que le moteur de tout cela est la conviction  forte de l'importance, pour le développement de l'enfant et la relation à ses parents, de l'apprentissage de la lecture au plus jeune âge. Sur le CD, un répertoire de questions-réponses et l'interview d'une enseignante viennent répondre d'ailleurs aux préoccupations des parents.

Pour commander "Deux petites notes"
Se rendre sur la Librairie  d'histoiresordinaires.fr (que l'on peut retrouver aussi  en cliquant sur la rubrique "Les Livres" tout en haut du site ou tout en bas dans "La libraire d'Histoires Ordinaires Editions"). Suivre ensuite les indications.

Prix : 8 €.
Participation aux frais de port : 
- Album - CD simple : 3,40 €
- Album -CD et livret braille : 5,10 €
UN REPORTAGE DE FR3 BRETAGNE


​UNE PARTIE DES RÉALISATRICES DE L'OUVRAGE 

Lors de la sortie du livre à Rennes, Magali ( g.) présentant l'usage du braille
Lors de la sortie du livre à Rennes, Magali ( g.) présentant l'usage du braille

Marie-Annick et à sa gauche la conteuse Marie-Chiff'mine entourées de deux responsables de la fondation Harmonie Solidarités
Marie-Annick et à sa gauche la conteuse Marie-Chiff'mine entourées de deux responsables de la fondation Harmonie Solidarités

Marie-Anne (à.g.) et Claire discutant avec Lenaïc Briéro, adjointe à l'Éducation
Marie-Anne (à.g.) et Claire discutant avec Lenaïc Briéro, adjointe à l'Éducation




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Avril 2017 - 06:49 Dis, Georges, c'est quoi un "blagagiste" ?

Jeudi 16 Février 2017 - 17:55 Avec Françoise Sarnowski, lire devient facile



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécue cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono