Vu, Lu, Entendu...

01/05/2019

Une "cagnotte solidaire" pour aider des écoles en Afghanistan




Il ne reste plus que quelques jours pour apporter son aide….

L'association Darah Afghanistan, bien connue notamment en Bretagne,a lancé une "cagnotte solidaire ", un financement participatif, pour la rénovation de trente-six classes. A ce jour, Darah a construit huit écoles de proximité qui accueillent plus de 2 500 élèves chaque année. Le succès de ces écoles se traduit par l'orientation de vingt bachelières vers  un 1er cursus de formation d'infirmières permettant de pallier au manque de personnel soignant dans la région. Après plus de dix années de fonctionnement, il est nécessaire de rénover portes et fenêtres, l'intérieur des salles de classe, acquérir des tableaux et des bureaux... Une dépense de 20 220 €. 

A retrouver sur Histoires Ordinaires :

Le combat d'Ashmat, le breton-afghan

Ashmat, le Breton-Afghan, repart de nouveau à Kaboul



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires