Le billet

Terroristes


22/08/2013




Terrifiant. 1 300 civils alignés, massacrés au gaz toxique près de Damas. Que vont faire les « grandes démocraties » contre le terroriste Bachar ? Comme  d'habitude : rien.  Faut dire  qu'il y a tant de terroristes potentiels à surveiller. Des millions. À la maison. Nous. Le vaste système états-unien de surveillance Prism montre bien l'ampleur de la tâche. D'autant que des gens osent s'y opposer ! Les dirigeants européens, après avoir eux-mêmes jappé, se sont recouchés, mais il y a par exemple le journaliste Glenn  Greenwald, qui a relayé sur le Guardian les informations du lanceur d'alerte Edward Snowden. Dangereux ce Greenwald. Et son compagnon David Miranda, donc ! La police britannique vient d'ailleurs de le cuisiner durant 9 heures de garde à vue,  le maximum prévu par la loi anti-terroriste. Beau travail. Et voilà au moins une chasse qui peut réussir : les défenseurs des libertés semblent de moins en moins nombreux.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono

Newsletter