Le billet

27/11/2014

Sandrine, Félicie et les autres



« Nous, les handicapés, on ne fera jamais nos enfants par hasard ; ils revêtent, en ce sens, un parfum de victoire. » Sandrine, qui est infirme moteur cérébral, a eu cette phrase un jour qu'on l'interrogeait sur ce droit essentiel : pouvoir donner la vie quand on est en situation de handicap. Tel Richard, qui témoigne aujourd'hui sur le site, d'autres handicapés, moteurs, sensoriels ou intellectuels, ont accepté comme elle de livrer leurs bonheurs, leurs révoltes, leur vie, devant les inconnus bienveillants venus leur proposer de prendre la parole. Et de tout cela, de la parole aussi de professionnels engagés auprès d'eux, est né un livre enrichi d'un DVD : Un parfum de victoire. Où déferlent sur 150 pages et 2 heures de son et d'images, des combats, des émotions, des propositions, des défis, celui surtout des tabous à abattre. Mercredi soir, à la présentation du livre, Sandrine était là, et Huguette, Stéphanie, Félicie... Félicie et son sourire où se lisait comme un signe, oui, de victoire.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires