Le billet

Rouge blessure


21/11/2013




La bataille des bonnets rouges est devenue pathétique. Un marchand de bonnets, Armor-Lux, se crêpe avec un groupe d'extrême-droite, Réseaux identités. Chacun a déposé la marque. Pauvre Bretagne. Le marchand et le réac ont dérobé la Révolte des Bonnets Rouges. Les deux bannières mènent désormais le défilé, mêlées à celles du paysan productiviste et du seigneur de la malbouffe, lécheurs de subventions, dédaigneux depuis des années de l'intelligence et du savoir-faire des Bretons comme aujourd'hui de leur Histoire. Et des milliers de gens désemparés les suivent ! « Ressaisissez-vous bon sang ! », leur crie l'un de leurs frères en révolte dans un pamphlet dont nous publions ici des extraits. L'homme est blessé, en colère, devant cette Bretagne faussement rebelle. Il l'exprime crûment, se servant de sa langue française comme d'une lame. Loin de la province soumise à ses vieux démons, sa Bretagne est debout, croit en elle et dans l'avenir. La marque de la Bretagne d'aujourd'hui. 

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Notre carte

L'autre mardi, dans un grand élan républicain, des députés ont cherché à supprimer notre carte d'électeur. Pas nécessaire. A jeter. Heureusement, le gouvernement pour l'instant, s'y oppose. Les députés ont dû aller reprendre dans leur poubelle le petit carton qui symbolise le long combat pour le droit de vote, dans le sang parfois, ici, partout. Qui rappelle, quand tant de citoyens boudent les urnes, que "Voter est un droit, c'est aussi un devoir civique". S'ils veulent faire des économies, les députés en trouveront bien davantage en rabotant le budget des distinctions honorifiques déshonorées par trop de copains, gredins ou dictateurs. Et puis, s'attaquer à notre carte d'électeur à quatre mois des municipales, franchement, ils ont perdu la carte ou quoi, comme aurait dit ma grand-mère qui a attendu d'avoir 50 ans pour pouvoir voter. 

Michel Rouger

21/11/2019

Nono

Newsletter