Vu, lu, entendu...

05/03/2012

Qui connaît la compositrice favorite de Louis XIV ?



Qui connaît la compositrice favorite de Louis XIV ?
Vous pouvez citer le nom d'une femme de lettres mais pouvez-vous le faire pour une compositrice ? Vous connaissez Mme de Sévigné mais qui connaît Elizabeth Jacquet de la Guerre, compositrice qu'applaudissait Louis XIV ? Officiellement, jusqu'au début du XXème siècle, le féminin n'existait pas pour cette corporation. Pourquoi les hommes dans la création, la composition et la direction d'orchestre et les femmes dans l'interprétation ?

La compositrice est-elle une erreur de la nature comme le suggère le Dr Johnson Samuel, linguiste anglais du XVIIIème siècle : « Une femme qui compose, c'est un peu comme un chien qui marche sur ses pattes de derrière. Ce qu'il fait n'est pas bien fait, mais vous êtes surpris de le voir faire. »

Les temps changent heureusement et les femmes occupent aujourd'hui une bonne place dans la vie musicale. 

Suivons les corps et les voix dans « Corazon Loco » par la Blanca Li Dance Company and Sequenza, ensemble vocal pour 6 danseurs, 8 chanteurs et un percutionniste. La chorégraphie est de Bianca Li. La musique est composée par Edith Canat de Chizy.

Emmêlés, danseurs et chanteurs explorent leurs mondes et leurs frontières. De cette rencontre, naît un hymne à l'amour, plein de poésie et d'humour.


Pour le plaisir de découvrir de nouvelles compositrices

Chaque année, au début du mois d'août, sous l'impusion de Lydia Jardon, l'île d'Ouessant rend hommage aux compositrices.

« Mon souhait est en effet d’exhumer du patrimoine musical mondial des compositrices peu connues, parfois oubliées mais qui ont une réelle valeur artistique. Pour autant, un répertoire plus accessible et connu de tous n’est pas négligé. Je réunis des jeunes interprètes internationales de haut niveau, autour d’un programme musical qui allie nouveauté, originalité et rareté. » écrit Lydia Jardon dans la plaquette de présentation.

Pour sa douzième édition, c'est Pauline Viardot ( 1821 - 1910 ) qui sera mise à l'honneur. Consultez le programme en cliquant sur 
« Musiciennes à Ouessant »







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires