Le billet

Mikhaïl


26/12/2013




À la veille de Noël, en sa bonne ville d'Ijevsk en Oudmourtie, Mikhaïl Kalachnikov a donc déposé les armes. Il s'est éteint à 94 ans, sans tambour ni trompette, dans son HLM situé à une portée de fusil de la fabrique où il fignola avec amour tant de pétoires. Feu désormais, l'ingénieur soviétique qui mit à la portée de tous un fusil d'assaut robuste, simple d'usage, pas cher, l'immortel AK-47. Feu l'inventeur communiste qui jamais ne toucha le moindre rouble sur les quelque 100 millions de kalachnikovs vendues depuis soixante-six ans. Mikhaïl, le fabricant d'armes qui ne faisait pas commerce de la mort, regrettait surtout l'évolution de la clientèle : que peu de révolutionnaires et beaucoup de terroristes ou malfrats utilisent désormais son bon vieux fusil capable de  lâcher jusqu'à six-cents coups à la minute, le plus souvent sur des innocents.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter