Vu, lu, entendu...

26/11/2014

La belle énergie de deux voyageuses à vélo



La belle énergie de deux voyageuses à vélo
Lucia Palenzuela est originaire d'Argentine, ingénieure du son et extperte en photo et vidéo ; Maylis Mercat est de Chambéry et ingénieure spécialisée dans l'énergie et l'environnement. Une autre  passion les réunit : le voyage à vélo. Et c'est ainsi qu'elles se sont lancées dans une entreprise folle et pleine de sens : un raid humanitaire à vélo de France en Argentine.

Le projet humanitaire prend la forme d'un cinéma ambulant, Cin'énergie, qui projette dans les pays traversés des films sur les énergies renouvelables. Les deux voyageuses organisent ces séances avec des associations locales et le public participe : plutôt que d'alimenter leurs batteries en accumulant de l'énergie pendant leur journée à vélo, c'est un spectateur qui fait fonctionner le vidéo-projecteur en pédalant...

Lucia Palenzuela et  Maylis Mercat viennent d'arriver au Sénégal au terme d'un premier voyage de plus de 6 000 km. De là, elles vont repartir le 2 décembre sur un voilier de sept personnes avec l’association « Voiles du partage », qui réalise un rallye humanitaire à voile entre la France, le Maroc, le Sénégal, le Brésil et les Antilles.  

Après quinze jours en mer, elles doivent arriver à Bahia vers le 20 décembre pour entreprendre la seconde étape, de quelque  5000 kilomètres, par  le Brésil et  le Paraguay puis l’Argentine. Retour en Europe en septembre 2015. Le Cin'énergie est en compétition pour le festival de court métrage sur les énergies renouvelables Cler obscur.








Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires