Le billet

23/01/2014

Guet-apens



Europe, en arrière toute, encore et toujours ! Cette fois, les lobbies conservateurs s'agitent pour saper le droit à l'avortement en s'engouffrant dans la brèche ouverte par le gouvernement de Madrid. Soutenir les Espagnol(e)s - par exemple en manifestant à Paris le 1ᵉʳ février - est une nécessité. Mais sans tomber dans le guet-apens. La droite ultra, qui lepénise depuis longtemps les esprits, va finir par tenir l'agenda des manifs ! À Madrid, l'avortement est pain bénit. Un écran de fumigènes de gauche va cacher la corruption royale et les échecs d'une politique, cette politique qui enchante partout les droites européennes en désespérant les peuples. Défendre les conquêtes passées ne suffira pas à inverser le courant. Pour désespérer les fossoyeurs des libertés et réenchanter les peuples, les politiques et les citoyens doivent proposer une vision de l'avenir, fait de solidarités nouvelles : l'enquête alarmante sur les fractures françaises montre qu'il y a, là aussi, grande urgence à agir.

Michel Rouger
  
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires