Vu, lu, entendu...

Fracture numérique : une année chez les femmes


24/01/2013



Fracture  numérique : une année chez les femmes
Durant un an, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, dans le cadre de leur association What Women Wish, Zélie Verdeau et Fanny Le Gallou ont accompagné des femmes dans la maîtrise des nouvelles technologies (Internet, téléphonie mobile, réseaux sociaux). Une initiative, racontée en mars 2011 dans ce reportage d'Histoires Ordinaires, pour un  enjeu majeur : deux-tiers de la population mondiale, femmes en tête, n'ont pas ou peu accès à ces nouvelles technologies qui révolutionnent l'ensemble des activités.  
 
Du 5 février au 14 mars, elles vont faire partager cette année de rencontres dans une exposition organisée au Centre d'Animation de la Grange aux Belles, 6 rue Boy Zelenski, Paris 10°. Une exposition où les femmes de ces divers pays montrent  l'évolution de leur société, leurs besoins, leurs conditions, leurs vies. Le jeudi 7 février, après le vernissage à partir de 18h30, un documentaire de 25 mn sera présenté à 20h30 suivi d'un débat sur l'usage des nouvelles technologies par les femmes autour du monde. Il sera possible d'acheter des photos réalisées par Fanny Le Gallou. Entrée libre.
 





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Juillet 2012 - 16:17 Wikis : les portraits de Thionville



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono