Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
21/09/2023

Dimanche, on vote !



... Enfin, pas tout le monde. Quelque 160 000 citoyens, dans la moitié des départements, sont appelés à désigner 170 sénateurs. Ça fait très peu de monde et bien évidemment, ça ne passionne guère. Peut-être eût-il été judicieux d’organiser le scrutin le week-end dernier dans le cadre des Journées du Patrimoine. “Et du Matrimoine !”, se récrieront les féministes. Non, pas là. Patrimoine suffit. Le Sénat, qui a mené un combat historique contre le vote des femmes sous la IIIe République, avance sur le sujet tout-à-fait au pas du sénateur : avec un tiers de sénatrices en 2023, on sera peut-être à parité en 2060. Patrimoine donc. Le Sénat ? En réalité, un antiquité qu’il conviendra bien un jour de ranger dans les rayons de l’Histoire. Une assemblée où la France rurale de jadis est sur-représentée, continuellement conservatrice à part une miraculeuse parenthèse de gauche de 2011 à 2014, une chambre qui ne représente plus depuis longtemps la France réelle. L’idée de réunir plutôt les forces vives du pays, économiques sociales, environnementales, court depuis des décennies et la démocratie a bien besoin de cette perfusion. Mais le sénateur de droite veille ! Rêvant peut-etre parfois au bonheur des lords de Charles III.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


L'enquête des lecteurs


"Les gens qui ne sont rien"
Dans ce voyage, un reporter fait partager le meilleur de ses rencontres. Femmes et hommes  de  toutes contrées, des cités de l’Ouest de la France aux villes et villages d’Afghanistan, d’Algérie, du Sahel, du Rwanda, de l’Inde ou du Brésil, qui déploient un courage et une ingéniosité infinis pour faire face à la misère, aux guerres et aux injustices d’un monde impitoyable. 280 pages. 15 €.

Et neuf autres ouvrages disponibles