Migrants

A Laval, des réfugiés interprètent « Les Suppliantes », leur histoire


23/06/2016

Le drame des réfugiés est aussi ancien que l'humanité. « Les Suppliantes », la tragédie grecque écrite il y a 2 500 ans par Eschyle, est ainsi d'une modernité criante. A Laval, le comédien Jean-Luc Bansard a réuni des réfugiés pour la jouer. Bouleversant pour eux et pour nous.




Lors d'un filage le 7 juin
Lors d'un filage le 7 juin

Jean-Luc Bansard est bien connu des lecteurs d'Histoires Ordinaires. En montant « Les Suppliantes » d'Eschyle avec des réfugiés, le comédien ouvrier, à la tête du Théâtre du Tiroir à Laval, reste plus que jamais un passeur dans le théâtre du monde. En 2015, alors que les réfugiés affluent en Europe, il s'implique aussitôt avec les armes de l'homme de théâtre. "Les Suppliantes" lui saute à l'esprit : la tragédie d'Eschyle, ces femmes fuyant l'Egypte, échouant sur les côtes grecques, c'est leur histoire. Et ils iront eux-mêmes la partager sur scène. 

Il lance un "chantier citoyen" (voir la vidéo ci-contre : "Pourquoi Les Suppliantes ?") En septembre,  il part à la recherche de sa troupe dans les associations soutenant les migrants : France Terre d'Asile, le Secours Catholique…  Peu à peu, il en regroupera une quinzaine venant de neuf pays différents : Syrie, Erythrée, Mongolie, Kosovo, Albanie, Guinée, Algérie, Tunisie, Afghanistan, Afrique centrale… Au fil des répétitions, les chiffres varieront : chez les réfugiés, les journées sont fragiles, comme les vies. 

A Laval, des réfugiés interprètent « Les Suppliantes », leur histoire

Walid le Syrien : « En quelque sorte, Eschyle a prévu que Daech arriverait »

En septembre, Walid venait juste d'arriver de Syrie, accueilli avec sa femme et sa fille par un couple d'amis. Jean-Luc Bansard lui a confié le rôle de Danaos, le père des Suppliantes. Walid, le prof de français, le chrétien de Qal`at al-Madhīq, dans l'ouest de la Syrie, célèbre par les ruines antiques d' Apamée, a souvent le cœur qui déborde ; plus d'une fois, pendant les répétitions, sa voix a chancelé.

 « Je suis venu pour sauver ma femme, menacée par l'État islamique », explique-t-il.  « C'est la première fois, ajoute-t-il, que je fais du théâtre, ça exprime vraiment ce que nous ressentons. En quelque sorte, Eschyle a prévu que Daech arriverait. » Dans la vie comme à la scène, difficile de prévoir l'avenir. Son fils est resté là-bas à Damas et il espère bien qu'ils se retrouveront tous ensemble un jour au pays :  « C'est nous qui devrons reconstruire la Syrie. »

Malek (à g.) et Jean-Luc Bansard
Malek (à g.) et Jean-Luc Bansard

Malek, l'Algérien : « Quand je viens, la vérité, je suis soulagé »

Malek, lui, faisait de l'alphabétisation au Secours Catholique quand Jean-Luc Bansard est passé à la recherche d'acteurs. « "C'est une histoire comme la vôtre" a-t-il dit ». Originaire de Sétif, en Algérie, Malek était encore plus éloigné du théâtre : il était policier, membre de la brigade spéciale anti-terroriste. Dans les années noires du terrorisme, sa patrouille a été prise dans une embuscade, la voiture a sauté sur une bombe, il souffre toujours du dos. Quand il a quitté la police en 2012, on avait perdu son dossier. Le voilà à Laval.

« J'aime travailler avec Jean-Luc, dit-il, il a une mentalité internationale. » Bien que tout-à-fait à l'aise en français, il parle arabe dans la pièce : la musique des Suppliantes, c'est aussi la demi-douzaine de langues des réfugiés. « Dans ma situation, parfois je suis démoralisé, ajoute Malek, mais quand je viens, la vérité, je suis soulagé, cette pièce m'a donné l'espoir dans la vie. »

Une trentaine d'acteurs réfugiés et lavallois

Ce soir-là, à quatre jours de la première, les réfugiés étaient en filage (sur la vidéo ci-contre, un filage précédent). Avec les comédiens lavallois amateurs qui les accompagnent (la pièce réunit quelque trente acteurs au total), Walid, Malek, Odko, venue de Mongolie avec son mari Eegii, Vera et Pranvera les Albanaises, Zérit l'Érythréen, Elezi et Nuredini les Kosovars et tous les autres ont commencé à s'échauffer corps et voix. Ensuite, le chœur des femmes s'est formé, le silence s'est fait,  le chant de la tragédie grecque a alors empli la scène. Superbe chant créé par le musicien de la compagnie, Olivier Messager, parvenu à fondre dans une même couleur des parlers différents. 

Par la voix des Suppliantes, de Danaos et du Prince d'Argos, les réfugiés de Laval racontent « l'exil effréné par delà les dangers de la mer », ​relayent la lutte des Egyptiennes du temps jadis pour leur liberté, vibrent pour la démocratie et pour la rencontre entre les peuples. Depuis le 11 juin, un chant de fraternité se fait entendre ainsi en Mayenne. La troupe réunie par Jean-Luc Bansard va se produire de nouveau le 20 juin à Château-Gontier puis reviendra en septembre sur les scènes du département et, on peut l'espérer, au-delà. 

Michel Rouger
(Photos : Bernard Louvel)

Lire aussi : 
Brahim, le Prince rebelle du théâtre tunisien
 

Images d'un filage







1.Posté par Sylvia le 10/07/2017 19:42
Je l'ai vue à Notre-dame-des Landes. C'était très très bon. Bravo !
Est-ce que la troupe se déplace en région parisienne ?

2.Posté par Thomas le 12/07/2017 22:11
Je rejoins Sylvie. A NDDL je suis resté sans voix et la gorge nouée devant ce spectacle. J'espère que nous pourrons vous voir en région parisienne, je peux aider...

3.Posté par sylvia le 13/07/2017 00:50
Moi aussi j'essaie d'organiser sa venue à Houilles (78)... Pas facile...

4.Posté par sylvia le 13/07/2017 00:53
Je voudrais les faire venir à Houilles et j'en parle à des assos. Si on pouvait se regrouper...

5.Posté par Sylvia le 13/07/2017 12:40
Bonjour Thomas. J'ai tenté de poster deux messages hier mais ils ne sont pas (ou pas encore) passés. On réfléchit à inviter la troupe à Houilles (78). Pour ça Attac Nord78 devra trouver des partenaires (RESF est intéressé : par exemple le 18-19 novembre, parce que le 20 novembre est la date anniversaire de la CIDE (convention internationale des droits de l'enfant) ) mais ce n'est pas simple à organiser. Si vous avez des idées, merci de me contacter : jasylvia [chez] sfr.fr
Bonne journée

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono