Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les exilés ont changé la vie de Carole Bohanne

Reportage, texte et photos : Marie-Anne Divet


16/09/2021

L'expulsion soudaine, à l'hiver 2007, des ouvriers maliens de l'abattoir voisin a jeté Carole Bohanne dans le soutien aux exilés, dans la lutte pour leurs droits. Elle est devenue experte, est restée révoltée. Le moteur, qui l'entraîne en toutes circonstances, « C’est l’humain, c’est la rencontre, ce sont les gens qu’il y a derrière. »


20210923_les_exiles_ont_change_la_vie_de_carole_bohanne.mp3 20210923 Les exilés ont changé la vie de Carole Bohanne.mp3  (13.31 Mo)


Montfort sur Meu, 28 février 2007, 4 heures 30 du matin : une soixantaine de policiers font le guet. Ils attendent les 27 maliens qui, tout à l’heure, prendront le chemin de l’usine. Cela fait  cinq ans qu’ils travaillent à la Cooperl, deuxième abattoir de France (1,5 millions de porcs par an). Cinq ans qu’ils font partie de cette petite cité de 6000 habitants, situé à 25 kilomètres de Rennes.

« Je me suis sentie interpellée : cela s’est passé sous mes fenêtres ! s’exclame encore en colère Carole Bohanne, les jeunes maliens habitaient à côté de chez moi, je les croisais tous les jours. Je savais qu’ils jouaient au club de foot et qu’ils travaillaient ». C’est le déclic. « S’il y a quelque chose que je supporte pas, c’est l’injustice ! »
Elle entre dans le collectif "Mali-Montfort" qui vient de se créer et, en mars, défile avec les 1500 habitants qui se sont mobilisés. Jusqu'alors, elle signait des pétitions : « J’avais l’impression d’être investie, cela m’amuse beaucoup maintenant ! » Les manifestants scandent : « Rendez-nous nos Maliens. » Carole Bohanne se lance dans la lutte et se forme au gré des rencontres avec les militants venus à Montfort témoigner de leur expérience.

Seul lieu où on enferme les enfants


Les exilés ont changé la vie de Carole Bohanne
S’ouvre en juillet 2007, à Rennes, le Centre de Rétention.
« Je ne connaissais même pas l’existence de ce genre de centre. Il y en avait une vingtaine en France à l’époque. Je n’étais pas la seule à ne pas connaître, et encore aujourd’hui beaucoup ignore ce que c’est. Les migrants ne sont pas détenus mais "retenus", retenus parce qu’ils n’ont pas le bon document leur permettant de circuler librement. Seul lieu où on enferme les enfants. Beaucoup l’ignore. Moi cela me choque ! »
Bénévole, sa journée s’organise comme celle d’une professionnelle. Dès 9 h, elle se rend au Centre.
« C’est assez facile : il suffit d’avoir le nom d’une personne "retenue" à l’intérieur  et être soi-même en situation régulière, avec une pièce d’identité, pour ouvrir un droit de visite de 30 minutes. »
Elle y rencontre d’autres bénévoles d’associations. Elle fait la connaissance de Michèle Fougeron, présidente du MRAP d’Ille-et-Vilaine depuis presque 20 ans. Celle-ci lui fait prendre conscience de la complexité de ces lois qui se superposent et sont incompréhensibles pour les non-juristes, a fortiori pour les personnes concernées. En fonction des situations, toutes les deux lancent la mobilisation, elles assurent les permanences dans un local de quartier rennais. Petit à petit, Carole Bohanne devient à son tour "experte" en droit des étrangers. « J’ai fait des études de sociologie, c’est du droit que j’aurais dû faire ! » dit-elle en riant. C’est alors qu’elle succède à Michèle Fougeron comme présidente du MRAP-35.

« ​Jamais je n’avais imaginé… »

2009, premiers campements des personnes à la rue à Rennes. Une nouvelle étape. « Jamais, je n’ai pensé qu’un jour, j’ouvrirais des squats ! » s’étonne encore aujourd’hui Carole Bohanne.
« Quand les gendarmes arrivaient, ils avaient du mal à imaginer que la porte avait été ouverte au pied de biche par ces quatre ou cinq militantes, la plupart retraitées et si bien mises sur elles ! Peut-on faire autrement quand on se retrouve avec huit familles à la rue, avec des petits. » 
L’équipe du MRAP se rapproche du DAL (Droit au Logement) qui les forme : règle numéro 1, on ne s’attaque pas aux biens privés, règle numéro 2, on recense les biens publics vacants depuis un certain temps… Bingo, un bien est disponible : un funérarium désaffecté. 
« Ce premier squat n’était pas des plus chaleureux. On a ouvert un 1er mai. Les familles nous suivaient avec les poussettes. Puis d’autres familles sont arrivées et on s’est retrouvé au cœur du très rigoureux hiver 2010 avec une centaine de personnes, malades, sans chauffage. Nous avons fait venir les médecins du réseau Louis Guillou, un centre médical pour les exilés. Ils ont halluciné : ce n’est pas possible, disaient-ils, qu’aujourd’hui à Rennes, des personnes vivent dans ces conditions, comme au XIXème siècle ! »

Les exilés ont changé la vie de Carole Bohanne

Une nouvelle association : "Un toit c’est un droit",

Y avait-il plus de migrants ?
   « Non, s’insurge Carole Bohanne, c’était les réformes de l’État qui créaient la pénurie en décidant de concentrer tous les migrants dans les villes, tout en réduisant les capacités d’hébergement. On créait la pénurie pour les dissuader de venir en France. »
Les médecins alertent les médias. Daniel Delaveau, maire de Rennes, prend en charge le problème : tout le monde est relogé en 48 heures. L’association ouvre de plus en plus de squats jusqu’en 2012. C'est alors que l’ouverture d’une maison de retraite désaffectée dans les environs de Rennes pose question.
 « Sur la destination des bâtiments. Nous savions qu’une association avait racheté le lieu avec un projet social derrière. Cela nous a interpellés. Nous avons rencontré les élus, les bailleurs sociaux, les promoteurs. Pourquoi ne pas plutôt utiliser les bâtiments vides, en attente de démolition ou de rénovation ? Entre le moment où le lieu est évacué et le démarrage du nouveau projet, il y a un laps de temps qui peut être long, parfois des années. Pourquoi ne pas mettre les gens à l’abri durant cette période de non-occupation ? Nous avons créé "Un toit c’est un droit", une association qui négocie directement avec les propriétaires. Ceux-ci signent un contrat de mise à disposition pour une durée déterminée, un commodat. L’association s’engage à restituer le bien dès qu’ils en ont besoin. »
Le MRAP gère aujourd’hui quinze "maisons" sur le département. La ville de Rennes prend en charge les fluides et l’association a le soutien de la Fondation Abbé Pierre.

​Une belle expérience

« Attention nous ne donnons pas dans l’angélisme ! prévient Carole Bohanne. Si gérer des logements n’était qu’une question de bricolage, ce serait relativement facile. Nous regroupons des personnes de cultures, de religions, de coutumes différentes avec des parcours singuliers et des projets particuliers. Vous imaginez les responsabilités et les risques, risques de bagarres, risques d’incendie, risques liés à la santé ! »
L’association a toujours fait en sorte que les squats soient très ouverts sur l’extérieur. Objectif pleinement atteint en 2014 avec une maison de retraite désaffectée dans le quartier résidentiel de la Poterie à Rennes
« Comment allions-nous être reçus ?  Je peux comprendre l’inquiétude des gens. En fait, cela s’est super bien passé.  D’une part parce qu’il y avait possibilité de répartir les familles dans des petits appartements autonomes, moins de promiscuité donc moins de tensions. D’autre part, le lieu est devenu un centre d’animation, avec des spectacles, des concerts, de l’aide aux devoirs, un labo photo, des soirées-débats très animés. En résumé, un squat ouvert sur l’extérieur et qui a changé le regard des habitants du quartier, des professionnel.les, des élus et des responsables d’institutions. »
Au fil du temps, militant.e.s et professionnel.le.s ont appris à travailler ensemble. 
« Nous avons des contacts avec la préfecture parce que nous avons développé des compétences, une expertise. Nous avons  toujours défendu les conditions de travail des agents, nous ne nous sommes jamais attaqués au personnel. Nous avons créé une inter-organisation de 15 associations et fondations qui affichent leur complémentarité. Nous nous réunissons une fois par semaine et nous portons nos revendications ensemble pour avoir plus d’écoute et de poids. C’est compliqué le débat militant, il faut parfois  des heures pour arriver à un consensus. Mais j’aime bien cela. Cela n’empêche pas que quand il faut être efficace, il faut savoir prendre rapidement les décisions qui s’imposent et cela souvent dans l’urgence. J’aime aussi travailler dans l’urgence. »

Les exilés ont changé la vie de Carole Bohanne

​Le côté noir de la Force

Les besoins sont énormes. Moins de 50% des migrants sont hébergés. Sur le département, 200 le sont quotidiennement par "Un toit c'est un droit", 900 par la Ville de Rennes et 600 par les services de l’Etat. 
« Avoir un toit, c’est aussi tout l’accompagnement social qui va avec : l’interprète, le travailleur social qui fera votre récit de vie, aidera dans les démarches, recherchera les preuves matériels de votre pays d’origine, parce que quand on quitte en urgence, non, on ne pense pas à prendre tous ses papiers, on ne demande pas une attestation au bourreau qui vous a torturé. Les demandeurs d’asile ont des cicatrices sur le corps qui témoignent pour eux, en plus des traumatismes qui ne se voient pas. » 
Mais aujourd’hui, cet accompagnement ne suffit pas : les militant.es du MRAP sont confrontés à la dématérialisation.
« On héberge les mêmes personnes depuis 2 ans, 3 ans, 4 ans parce qu’il n’y a plus de régularisation donc plus de rotations. Pour sortir de notre dispositif, la personne doit obtenir un titre de séjour. Il lui faudra attendre 10 ans pour espérer avoir la possibilité de défendre sa situation devant une commission qui émettra un avis qui ne sera même pas définitif, ce sera toujours la préfecture qui finira par trancher. On maintient dans la précarité des êtres humains alors qu’ils arrivent au bout d’un parcours migratoire compliqué. Ils ont conscience de la précarité mais ils sont si soulagés d’avoir la sécurité. Je suis d’un naturel optimiste mais ce qui m’affole, c’est que l’accès aux droits est archi-compliqué : les lois sont de plus en plus restrictives et les préfectures tellement engorgées à cause de la dématérialisation. »
Carole Bohanne est consciente des budgets que cela représente. Mais pourquoi, plutôt que d'ouvrir des locaux lui-même, l’Etat a-t-il recours aux services hôteliers ou aux propriétaires privés ?
« C’est une gabegie énorme. Sans possibilité de faire autrement, cela entretient aussi les marchands de sommeil. Je connais des bâtiments dans un état déplorable mais que l’état subventionne pour l’accueil des migrants. J’ai un exemple en tête où la location à l’Etat représente 18 000 euros de revenus par mois. Les Ténardier du XXI ème siècle !  »

​La mise à l’épreuve de l’engagement

Carole Bohanne  s’y attendait : le parcours militant n’est pas un long fleuve tranquille. Non seulement les courriers menaçants et…. anonymes, non seulement les insultes, non seulement l’expression du doute et le manque de bienveillance de certains responsables institutionnels, mais aussi la garde à vue et le rappel à la loi. 
« Je m’y attendais, je savais qu’un jour ou l’autre…  J’ai été arrêtée alors que nous ouvrions un squat. Ce n’est pas agréable mais j’avais tous les copains dehors, j’entendais leur soutien. L’avocat commis d’office m’a posé la question : « C’est pour vous ce comité de soutien à 3 heures du matin dehors ? » Je l’ai vécu durement parce qu'il y avait une centaine d'exilés  dehors, sans solution, en plein mois de janvier. C’était notre premier échec d’ouverture d’un squat. »

Les exilés ont changé la vie de Carole Bohanne

​L’humain, c’est la rencontre

Son éducation familiale n’était pas au rendez-vous de l’engagement. Bien au contraire, dit-elle. Cependant, quand elle remonte dans ses souvenirs, elle se rappelle de ce couple d’instituteurs, anciens résistants communistes engagés. Ils l’accueillaient à la sortie de l’école primaire. « En vieillissant, je pense de plus en plus à eux. Rétrospectivement, je me rends compte qu’ils m’ont bien formée. » Tout comme le cheminement avec Michèle Fougeron. Ils ont été les déclencheurs de son engagement.
« Mon moteur ? C’est l’humain, c’est la rencontre, ce sont les gens qu’il y a derrière. C’est difficile de rentrer chez soi, tranquillement, quand on sait qu’il y a une famille avec des petits enfants, des personnes seules pour qui c’est très difficile, sans logement, sans appui. Avec mon conjoint au début, il y a eu des temps d’incompréhension à cause de mon investissement fort, un peu au détriment de ma vie familiale.  Je ramenais du travail à la maison mais aussi des migrants. Petit à petit, son regard a changé, sa vision du monde et… la mienne. »
Depuis 2009, la famille Bohanne héberge régulièrement des "sans-toit". 
« Les enfants étaient ravis. Nous n’avons jamais beaucoup voyagé, et là, c’était le monde qui venait à nous. Nous avons hébergé un couple de Georgiens Mongols. La maman était enceinte. Elle a accouché à l’hôpital de Saint-Malo d’une petite fille. Ils l’ont appelée Carole. Il y a de belles histoires, ce serait à refaire, je le referai. » 
 Depuis trois ans, ce sont surtout des mineurs non accompagnés. Cette année, l’un a eu son bac et l’autre son CAP.

​Une nouvelle étape

A cause de la pandémie, le mari de Carole Bohanne n’a plus de revenus. Elle a été obligée de reprendre un emploi salarié. Elle est aujourd’hui assistante dans un cabinet d’avocats, spécialisé dans le droit des étrangers. Elle rencontre les mêmes personnes dans une activité pour laquelle elle s’est formée grâce à son engagement militant, formation qu’elle va poursuivre d’une autre manière.
« Je me suis inscrite en master 2 de droit de l’étranger à l’université du Mans. Cela fait beaucoup rire mes enfants mais j’ai cette chance de  pouvoir valider mes acquis. Il n’y a pas d’âge. Je suis soutenue par l’avocate avec qui je travaille : "Tu n’es pas juriste mais tu as les savoir et les compétences acquis de l’expérience, fais-le". »
Carole Bohanne n’a plus le temps d’assurer les permanences du MRAP et elle trouve cela frustrant mais elle espère bien trouver des jeunes pour prendre le relai.
« A mon tour, je veux transmettre. J’aime bien aller dans les classes avec des personnes migrantes pour qu’elles témoignent de ce qu’elles ont vécu et de ce qu’elles vivent. J’aime bien les réactions des jeunes. J’aime moins lorsque je suis devant un public de convaincus parce que c’est rare d’avoir de la contestation. Je ne déteste pas la contradiction, juste pour faire bouger les lignes. »





1.Posté par Jean Julien L'Azou le 17/09/2021 08:26
Bravo et merci

Nouveau commentaire :

Solidarité Nord-Sud | Migrants | Inter-générations | Logement | Économie sociale et solidaire | Handicapé·e·s et alors ?