Vu, lu, entendu... Palestine

17/04/2014

24 heures à Jerusalem




Un programme hors du commun sur Arte : 24 heures à Jérusalem à travers les yeux de 90 personnes pour rendre compte de la mosaïque qu'est cette ville au coeur de trois religions: Enjeu politique aussi entre Israël qui la présente comme sa "capitale une et indivisible", en contradiction avec le droit international, et les Palestiniens qui veulent faire de Jerusalem-est, occupée par l'Etat hébreu en 1967, la capitale de leur Etat, si celui-ci naît enfin un jour, tant ce objectif s'éloigne un peu plus chaque jour, notamment en raison du fait accompli de la colonisation autour de la ville sainte. 
 

 http://www.dailymotion.com/video/x1k9t9z_24-h-jerusalem-trailer-programmes_tv

 

Au-delà de la prouesse technique, l'ensemble a été conçu comme un évènement bimedia: le documentaire pourra être synchronisé avec un second écran pour visionner des contenus complémentaires en se connectant sur le site Arte.tv/24hjerusalem


Les contenus resteront accessibles pendant deux mois.

 

 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires