Solidaires

16/03/2017

« 1001 histoires »  racontées par les militants bretons d'ATD-Quart Monde




Dans le cadre de sa grande opération « Stop Pauvreté » organisée en 2017, année des 60 ans du mouvement et des 100 ans de la naissance du père fondateur Joseph Wresinski, ATD - Quart Monde a lancé un message à ses militants à travers le monde : « Racontez-nous des histoires  "montrant qu’il est possible en se mobilisant ensemble, de mettre fin à des situations d’exclusion, de changer la vie et de créer la paix." » 

« Ces 1001 histoires-ci,
souligne ATD, sont de vraies histoires, recueillies par des personnes qui ont retrouvé espoir grâce à la fraternité et la solidarité de leurs pairs. 1001 histoires d’hier ou d’aujourd’hui. Récits de changements, de liens qui se recréent, reconquête de droits ou combat pour une loi, elles donneront des idées pour agir demain ensemble contre l’exclusion. »

Histoires Ordinaires a décidé de relayer cette action en publiant sur un blog les histoires recueillies par les militants bretons. Voici les deux premières : une rencontre sur un port du Finistère et l'amitié née entre jeunes français et étrangers grâce au foot.




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires