Le billet

​Printemps 2016


08/04/2016




Des éclaircies ont enfin percé les nuages lourds du chômage, des attentats, de l'impuissance. Place des Citoyens, des foules se rassemblent. Jeunes, vieux, salariés, chômeurs, étudiants, précaires Ils se parlent, smartphones et journaux en main. Le gouvernement a commencé à reculer sur ses funestes projets de loi. Une armée inédite de journalistes a fait exploser un scandale planétaire d'évasion fiscale. Sur la place, s'élancent les mots et les rêves. Le vieux monde est en train de craquer, figé dans les dogmes d'un capitalisme primitif gavé d'inégalités, soumis à une hyperbourgeoisie ruisselante de richesses et coupée des peuples telle une Rome décadente. Un autre monde apparaît qui restera dans les esprits, quoi qu'il arrive. Au loin, un homme passe sur le trottoir, regarde à droite et entre dans une impasse. « En marche ! », dit sa pancarte. « C'est Macron », dit une voix. On rit. C'est le printemps.

Michel Rouger






1.Posté par LE HERISSE le 08/04/2016 12:59
excellent numéro de printemps plein d'espoir

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono

Newsletter