17/07/2016

​Écrans sauvages



L'horreur, cette fois, je l'ai lue dans les journaux, entendue à la radio. Pas vue sur les chaînes d'info. Écran total sur les images. Impossible de rouvrir ce fameux live télévisé qui se nourrit de l'enfer, du sang des victimes, de la stupeur des survivants, de la détresse des proches, anxiogène à en vomir. Nice a confirmé la morbide compétition. France 2 a même dû s'excuser d'une interview odieuse. Ces images en live massacrent les cerveaux aussi gravement que les clichés volés par les smartphones et postés sur les réseaux sociaux. Et tous ces écrans sauvages ne font que conforter les vidéos des terroristes de Daech, celles qui veulent radicaliser les extrémistes de tous bords, celles que regardait le chauffeur du camion fou. Non. Ne pas se laisser envahir par les images, submerger par les sentiments. Tenter de comprendre pour mieux réagir et agir. Et pour cela, lire, écouter les journalistes de confiance qui contrôlent et analysent une information sans cesse déformée par l'industrie de l'émotion.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires