Vu, Lu, Entendu...

12/03/2020

Vu sur le site de l’Unapei : "C'est ma ville, c'est ma voix"


A l’occasion des élections municipales prochaines, l’Unapei, mouvement associatif de défense des droits des personnes en situation de handicap intellectuel, vient de publier les revendications des personnes en situation de handicap intellectuel et de leurs familles, souhaitant ainsi « porter la parole de ces citoyens et de leurs familles auprès des candidats. »


Vu sur le site de l’Unapei : "C'est ma ville, c'est ma voix"
unapei2.mp3 Unapei2.mp3  (1.12 Mo)

Des revendications passées sous silence
Si la loi a rendu possible l'acte de voter à toute personne en situation de handicap, leurs attentes et leurs revendications sont souvent passées sous silence, estime l’association militante. Souvent isolées, parfois privées de droits fondamentaux comme l’accès à la scolarisation, la possibilité de travailler ou encore la liberté de choisir son lieu de vie, les personnes en situation de handicap vivent, encore, à la marge de notre société. Avec cette campagne "C'est ma ville, c'est ma voix", elle a donné la parole à des personnes directement concernées en présentant les attentes, les besoins et les revendications des personnes en situation de handicap et de leurs familles auprès des candidats aux élections municipales. 
 
De bonnes pratiques en France
Dans le dossier réalisé, sont aussi présentées quelques initiatives réussies entre des municipalités et des associations membres du réseau Unapei pour rendre accessible l'espace public, accueillir et accompagner les jeunes enfants en situation de handicap au sein des structures communales, permettre à chacun de choisir son lieu de vie : « Le mouvement Unapei encourage tous les candidats aux élections municipales 2020 à s'engager dans le devenir de cette société en permettant à ces personnes de devenir des acteurs clés de la vie démocratique, en impulsant des dynamiques capables de lutter contre les discriminations et l'isolement des personnes en situation de handicap et de leurs familles. » Partout en France, les associations du mouvement Unapei proposent aux candidats de signer une charte d'engagement en faveur de politiques communales solidaires et inclusives.
 
LIRE ICI
 


Tags : handicap


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Fou du Puy

En cet an de grâce 2020, le Président de la République Française a donc offert au vicomte vendéen Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon le privilège d’ouvrir la saison culturelle estivale avec ses troupes médiévales et archaïques en lieu et place des poètes, musiciens, comédiens et autres saltimbanques d’aujourd’hui empêchés. De tout le pays fusent les protestations, bruissent les questions. Pourquoi le vicomte ? Pourquoi cet affront au grand voisin vendéen, le radical Clemenceau, dont le chef de la "guerre" anti-virus dit pourtant aussi s’inspirer ? Le Président communiquant joue avec tous, son Premier ministre, ses députés, ses opposants mais surtout, il est fou du Puy du Fou. Le jeune bourgeois picard adoubé à Paris par un président socialiste mais déplorant l’absence de la "figure du roi ", avait lancé en 2016, visitant le vicomte : "Je ne suis pas socialiste", "je suis Puyfolais". Plus que de Clemenceau, Puyfolais 1er va donc peut-être s’inspirer de Cathelineau ou Charette pour rassembler ses troupes de Marcheurs aujourd’hui quelque peu en désordre.

Michel Rouger

28/05/2020

Nono












Partenaires