Le billet

11/08/2011

Vous avez dit notation ?



Haro sur les agences de notation !  Il est de bon ton aujourd'hui de taper sur ces agences qui, un peu comme les maîtres d'école, se permettent d'adresser des notes de « bonne  gestion  » sur des pays, pas moins. Il fallait même être sacrément gonflé pour déclasser les États-Unis, première puissance au monde. Les agences nous prouvent que le monde est gouverné par la finance, mais on le savait déjà ! Et ce n'est pas en demandant leur suppression que l'on va forcément trouver la solution. En revanche, pourquoi les citoyens n'auraient-ils pas, eux aussi, leur agence de notation? Les politiques vont répondre qu'ils sont déjà jugés par les électeurs. Ce n'est pas suffisant. Avec une telle agence citoyenne, on pourrait vérifier la bonne gestion du pays sur vingt ou trente ans. Ce serait un bon outil pour voir, par exemple où en sont les banlieues, la réforme des retraites, le déclin industriel, la lutte contre les inégalités, le logement, l'endettement, l'apprentissage de l'anglais à l'école primaire, les énergies renouvelables, ou encore les promesses sur la régulation de la finance... et des agences de notation.
 
Alain THOMAS
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires