Le billet

13/02/2014

Votre compte est bon



La Cour des comptes, la gardienne de nos deniers publics, vient d'afficher ses annuels gaspillages et tripatouillages. Peu efficace mais utile. Néanmoins, tous comptes faits, les sages du Palais Cambon, le nez collé sur leur calculette, n'auraient-ils pas développé une myopie aigüe ? La société, la vie, les gens leur sont devenus flous. « Il faut réduire les dépenses sociales ! », s'alarment-ils. Ah bon. Logique pourtant qu'elles progressent. Depuis bientôt 40 ans, l'État, les collectivités, les organismes sociaux doivent écoper pour maintenir hors de l'eau les millions de naufragés d'un système qui préfère le capital au travail, la rente au salaire. Mais laissés-pour-compte, votre compte est bon ! Désindexons les allocations, dit la Cour. Qu'elles ne suivent plus la hausse des prix. Les gens de peu ont trop. Tant pis s'ils mangent, se logent, se soignent plus mal. Et si on les désindexait de la vie ? Certes, ils meurent déjà avant les autres mais s'ils partaient un mois plus tôt ? Combien de milliards d'économisés ? Faut calculer.
 
Michel Rouger
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires