13/02/2014

Votre compte est bon



La Cour des comptes, la gardienne de nos deniers publics, vient d'afficher ses annuels gaspillages et tripatouillages. Peu efficace mais utile. Néanmoins, tous comptes faits, les sages du Palais Cambon, le nez collé sur leur calculette, n'auraient-ils pas développé une myopie aigüe ? La société, la vie, les gens leur sont devenus flous. « Il faut réduire les dépenses sociales ! », s'alarment-ils. Ah bon. Logique pourtant qu'elles progressent. Depuis bientôt 40 ans, l'État, les collectivités, les organismes sociaux doivent écoper pour maintenir hors de l'eau les millions de naufragés d'un système qui préfère le capital au travail, la rente au salaire. Mais laissés-pour-compte, votre compte est bon ! Désindexons les allocations, dit la Cour. Qu'elles ne suivent plus la hausse des prix. Les gens de peu ont trop. Tant pis s'ils mangent, se logent, se soignent plus mal. Et si on les désindexait de la vie ? Certes, ils meurent déjà avant les autres mais s'ils partaient un mois plus tôt ? Combien de milliards d'économisés ? Faut calculer.
 
Michel Rouger
 


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires