Le billet

27/08/2014

Un



Après la démission-expulsion quelque peu théâtrale d'Arnaud Montebourg (un départ à froid, avec gravité, eût mieux convenu à la situation du pays), voici donc un gouvernement « resserré ». Serrer, on ne connaît d'ailleurs que ça en se moment : serrer les dépenses sociales, serrer les ceintures... Mais bon, voilà enfin « le gouvernement de combat » promis le 31 mars à l'arrivée de Manuel Valls. Encore que 16 ministres. Ne serait-il pas judicieux la prochaine fois de descendre à 15 comme au rugby ? Toujours à parité bien entendu : 7 femmes + 7 hommes + Valls. Ou 11, comme au foot : 5 + 5 + 1.  Ou 5 comme au basket : 2 + 2 + 1. Ou finalement, vis et boulons bien resserrés, un gouvernement à 1 : Valls. Car c'est un chef, une pensée seule, unique et libérale qu'il nous faut, bon sang de bonsoir ! 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires