Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un


27/08/2014

Après la démission-expulsion quelque peu théâtrale d'Arnaud Montebourg (un départ à froid, avec gravité, eût mieux convenu à la situation du pays), voici donc un gouvernement « resserré ». Serrer, on ne connaît d'ailleurs que ça en se moment : serrer les dépenses sociales, serrer les ceintures... Mais bon, voilà enfin « le gouvernement de combat » promis le 31 mars à l'arrivée de Manuel Valls. Encore que 16 ministres. Ne serait-il pas judicieux la prochaine fois de descendre à 15 comme au rugby ? Toujours à parité bien entendu : 7 femmes + 7 hommes + Valls. Ou 11, comme au foot : 5 + 5 + 1.  Ou 5 comme au basket : 2 + 2 + 1. Ou finalement, vis et boulons bien resserrés, un gouvernement à 1 : Valls. Car c'est un chef, une pensée seule, unique et libérale qu'il nous faut, bon sang de bonsoir ! 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Fin de mois - 02/12/2021

Ils étaient 27 - 25/11/2021

​Les - 17/11/2021

Greenwashing machine - 04/11/2021

Choix mortels - 28/10/2021

L'audace - 20/10/2021

Errance zemmourienne - 14/10/2021

Pandore - 07/10/2021

Au nouveau pourboire - 01/10/2021

Quoi ? ! - 20/09/2021

Piqûre de rappel - 16/09/2021

Risque de récidive - 18/08/2021

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

1 2 3 4 5 » ... 24

Nono | Le billet | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires