Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Un "triangle rouge" pour résister à l'extrême droite


27/05/2014



Un "triangle rouge" pour résister à l'extrême droite
« Territoires de la Mémoire » est un Centre d'éducation à la résistance et à la citoyenneté fondé en Belgique en 1993 , au lendemain d'un tristement célèbre dimanche d'élection qui a vu le retour "décomplexé", et donc inquiétant, des idées d'extrême droite. » 

23-25 Juin 2014, que faire à l'issue de cette noire fin de semaine d'élection Européenne qui a vu plus de 50 (dont la moitié Français) députés d'extrême droite faire leur entrée au parlement Européen, alors que près de 60 % des électeurs, laissent faire en s'abstenant ? Réactiver, toujours et encore la mémoire.

Cela passe bien sûr par un travail continu et de fond et d'information et d'éducation populaire à l'instar de ce que fait depuis plus de vingt ans "Territoires de mémoire". Mais aussi par des marques de résistance individuelles symboliques dans l'espace publique. Comme de porter un insigne "Triangle rouge" même discret. « Dans les camps de concentration, rappelle "Territoires de mémoire", le triangle rouge était le signe cousu sur la veste des prisonniers politiques qui se sont opposés à l'idéologie nazi. »

Arborer ce symbole de résistance aux idées liberticides d'extrême droite comme le propose l'association Belge, « c'est participer au cordon sanitaire citoyen pour une société libre, démocratique et solidaire. »

On peut acheter un pins triangle rouge sur la boutique en ligne de l'association. Mais rien n'empêche aussi de confectionner son propre insigne.

Et surtout, toujours et partout parler, débattre, considérer l'autre comme responsable de ses positions et de ses actes, l'interroger. Au delà du Pins, "Triangle rouge" propose des éléments d'argumentation et de connaissance.

Pour voir le site : territoires de mémoires ICI

Un symbole de lutte

En France "Ras L'front", mouvement d'extrême gauche, a fait lui aussi du "Triangle rouge" son emblème de lutte.

Enfin il faut se rappeler que le "Triangle rouge" a été adopté lors des luttes ouvrières le 1° Mai 1890 pour symboliser la journée de huit heures de travail : les trois angles correspondant au partage de la journée entre trois temps égaux : temps de travail, temps de loisir, temps de sommeil.
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono