Le billet

22/05/2015

Un rêve



Sa femme s'était endormie. Lui regardait le plafond, angoissé. Ce n'est pas avec ce mi-temps de gardien qu'il pouvait rembourser l'emprunt de la maison souscrit quand il travaillait à l'usine PSA. Il repensa aux infos. À l'ancien PDG de PSA qui allait toucher à vie 300 000 € par an de « retraite chapeau » pour cinq ans de boulot et 8 000 licenciements dont le sien. Mais aussi aux grandes banques mondiales enfin condamnées à des millliards d'amendes pour avoir trafiqué le marché des devises. Cela l'apaisa. Il s'endormit à son tour. Dans un rêve, il se retrouva au milieu d'une foule d'ouvriers. On avait dit que ces milliards leur seraient redistribués. Il vit alors le PDG et les banquiers qui riaient, riaient. Il ne vit plus qu'eux. Cela le reveilla et il repensa à son rendez-vous du lendemain avec le conseiller de la banque : « Il faudra revendre la maison », avait-il dit.

Michel Rouger




1.Posté par Burel le 23/05/2015 19:33 (depuis mobile)
J'adore tes billets Michel. On sent que tu n'avais tout donné à Ouest-France...

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires