Le billet

04/07/2013

Un mot à la mer



Dans le flot d'informations qui déferle chaque jour, il s'en va, disparaît et revient toujours, tel une bouteille lancée à la mer. Au gré des vagues, d'autres mots apparaissent : l'Europe, avec ses pigeons et agents doubles dans la série « Obama, l'espion américain » ; Nelson Mandela, le héros retenu à la porte de la mort, engeôlé par ses proches ; Delphine Batho, la ministre limogée... Et il y a Tahrir. Ce mot-là continue de surnager dans les esprits, ici et au loin, de Rio à Istanbul, depuis maintenant plus de deux ans. Une tragédie égyptienne : la liberté, puis les rêves brisés, de nouveau la liberté secourue par l'armée... Tahrir, un mot, un espoir jamais englouti.

Michel Rouger
 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires