Vu, Lu, Entendu...

29/06/2017

Un film à soutenir : "Pastorales Electriques" ou quand la modernité percute des villages marocains




Le documentariste Ivan Boccara vit entre deux pays, la France et le Maroc où il est né en 1968. Après Mout Tania et Tameksaout, deux films documentaires sur la vie des paysans et des bergers du Haut-Atlas marocain, il achève aujourd’hui Pastorales électriques qui montre comment la modernisation bouleverse les mode de vies dans le Maroc profond, précisément sur les plateaux et les vallées de la province d'Azilal.

 « Les montagnes bouleversées s'érodent et se désertifient sous les pieds des bergers qui les peuplent, explique-t-il. La vie pastorale se transforme, de nouvelles voies d'accès arrivent avec l'électricité au cœur du pays enclavé et se confronte à un monde, à là fois fort et fragile, rugueux et perméable. La montagne est en chantier, mais la montagne se désertifie tant sur le plan écologique que démographique. Ce qu’offre le milieu ne suffit plus à la subsistance de la population. L’économie a été fragilisée par une surexploitation de la forêt, un appauvrissement des sols et des pâturages. Deux époques se rencontrent et tendent à se confondre. Les berbères ont vécu sans électricité pendant des siècles. Les deux mondes qui se côtoyaient jusqu’à présent se superposent aujourd’hui de manière progressive et brutale à là fois. »  

Le film est actuellement en post-production. Il faut trouver 6 000 € pour le boucler. Un appel est en cours sur Ulule pour les trouver. Un lien Viméo sera disponible pendant un an, une fois le film diffusé sur la chaîne de télévision 2M - Maroc.




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires