28/05/2020

Un Panorama des initiatives artistiques pour le Vivant



L’exposition "J’ai tué le papillon dans mon oreille" de Minia Biabiany. © Minia Bibiany,
L’exposition "J’ai tué le papillon dans mon oreille" de Minia Biabiany. © Minia Bibiany,
vivant.mp3 Vivant.mp3  (644.95 Ko)

Dans le contexte sanitaire actuel et malgré le report du Congrès mondial de la nature, la Saison VIVANT continue grâce à sa plateforme en ligne. Elle "permet de découvrir les lieux et les initiatives culturelles qui s’engagent, par les sens et l’imaginaire, pour la protection et la valorisation du vivant."

"En 2020, plus que jamais la culture s’impose à l’agenda politique de la transition écologique, poursuivent les organisateurs. Des centaines d’artistes, d’acteurs culturels et de la conservation de la nature se réunissent pour défendre une approche sensible de la biodiversité et du vivant. (...)  

Le contexte inédit de l’érosion massive de la biodiversité pose de nouveaux enjeux de perception, de représentation et de compréhension de l’environnement et appelle à une réaction globale, de la part des pouvoirs publics et de la société civile pour enrayer le déclin de la diversité du vivant. (...)


Les artistes ont un rôle à jouer pour accompagner cette mobilisation collective nécessaire et urgente, pour renouveler les représentations et intégrer la biodiversité dans notre culture commune."

l’artiste Minia Biabiany



 


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 16






Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires