Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Trois femmes de Bretagne, trois générations de résistantes


13/03/2014

A l'occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars, sur la scène du festival "les Deiziou", le conteur Lucien Gourong rendait hommage à trois femmes de Bretagne. Des résistantes, chacune à leur manière et dans leur époque : Anne Le Fur, Renée Conan et Rose le Fay.




Samedi dernier, l'association Emglev Bro an Oriant accueillait Anne le Guillou, sociologue, cinéaste, écrivaine  sur la scène des Arc à Lorient, pour une conférence sur les femmes en Bretagne. Elle s'appuyait notamment sur son essai sur la condition féminine : "Pour en finir avec le matriarcat breton".

Lucien Gourong faisait un contrechamp à ses propos en tirant le portrait de trois femmes : Anne Le Fur, résistante à Groix, la lorientaise Renée Conan porteuse de valise pendant la guerre d'Algérie et militante écologique et enfin, sa grand mère, Rose le Fay, maitresse femme de Marin pêcheur, très présente dans l'univers du conteur. 

Trois histoires de femmes ordinaires, engagées, résistantes en toute simplicité.






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​A la noix

Le camembert vegan à base de noix de cajou débarque sur nos tables, annonce mon journal. Dit comme ça, à la louche, ce camembert est plus que louche. Une faute. De goût. Pire : contre l'esprit. Ce n'est pas une nouvelle mode, comme la poule qui passera bientôt au salon plutôt qu'à la casserole. C'est une tendance lourde. La tendance du faux. Le business de l'agro-chimie s'avance masqué. Il fait croire qu'une pâte de produit exotique HEC (à haute empreinte carbone) est meilleure pour la planète  qu'un fromage AOC en circuit court. Il fabricote, en touillant des molécules, du faux steak saignant, des faux œufs, des fausses langoustines. Et pirate, en transformant les cerveaux en pâte molle, notre patrimoine culturel immatériel. Le pays aux 1 200 fromages doit résister. Continuer à têter sereinement le lait bio de notre vache à la mamelle généreuse qui broute et rumine paisiblement sur nos vertes prairies. La vache, le plus vegan de nos amis les animaux. 

Michel Rouger

08/02/2018

Nono