Le billet

27/06/2013

Train-Train



Le 100 ° Tour de France s'ébranle donc ce samedi 29 à Porto-Vecchio. Il va rouler d'abord à un faux train – corse – puis peu à peu accélérer. Alors défileront pendant trois semaines à la télé, devant des millions de gens encanapés, les images de notre 🎶Douce France, nos villages au clocher aux maisons sages🎶. Et puis, vers 17 h, des coureurs filant à toute(s) vapeur(s) croiseront nos TGV. Est-ce bien raisonnable, tant de vitesse ? Ne sommes-nous pas tous dopés à la vélocité ? Alors qu'à la veille du Tour de France, le cyclisme vient de sortir son habituel train de scandales, le gouvernement, lui, met sagement la pédale douce. Moins de TGV : roulons moins vite ici mais un peu mieux partout. Sarkozy jouait  les Virenque de la politique, le nez dans le guidon. Avec Hollande et son rythme train-train, on est peut-être discrètement, sérieusement, en train de changer de cycle.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires