Vu, Lu, Entendu...

18/04/2019

"Tout est affaire de famille" : un web-documentaire interroge l'identité de classe.




Peut-on encore « faire mieux » que ses parents ?

Sur les terres des Allouard-Marchand, les enfants ne veulent plus être paysans. Dans le clan Berroche, on s'accroche aux valeurs ouvrières mais plus personne ne trime à l'usine. Chez les Lemétayer, la fibre commerciale se transmet comme l'angoisse des lendemains incertains.

De belles et signifiantes histoires ordinaires de trois familles du Pays de Rennes, sur trois générations.
  • La mémoire de l'usine,
  • le commerce dans les gènes,
  • La ferme en héritage.
Trois générations, trois familles enracinées en Bretagne et une question : « Faire mieux » avec ou contre l'héritage de classe ? 

Un web-documentaire produit par FR3 Bretagne et Sciences Po Rennes propose de feuilleter leurs albums de famille répondre à cette question. Il s'agit d'un projet de fin d'étude réalisé par des étudiants en Sciences Politiques. A voir ici
2019_04_18_tout_est_affaire_de_famille.mp3 2019 04 18 Tout est affaire de famille.mp3  (1.59 Mo)




Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono