Vu, Lu, Entendu...

23/05/2019

Témoignage : pas facile d'être électrice européenne en Grande-Bretagne



Un bureau de vote
Un bureau de vote
Française installée en Grande-Bretagne depuis quelques mois, Emilie Etienne nous a adressé ce témoignage révélateur de la difficulté de voter aux élections européennes sur fond de Brexit.

" Jeudi 23 mai, 21h, Rugby. Les élections européennes n’avaient pas été prévues au Royaume-Uni et c’est donc au dernier moment, fin avril, qu’il a été annoncé qu’elles auraient bien lieu. Pour les nouveaux arrivants comme moi, Française travaillant au Royaume-Uni depuis quelques mois, il fallait s’enregistrer en ligne avant le 7 mai. Un collègue a eu la gentillesse de m’en tenir informée, car j’ignorais même que j’avais le droit d’y participer. Il faut dire que les élections ont été organisées à la hâte ! Le 1er mai, je remplis donc un formulaire assez simple sur internet, qui m’assure que ma ville, Rugby, bourgade localisée au centre de l’Angleterre (et là où le rugby fut inventé) reprendra contact avec moi concernant mon inscription, sous 10 jours ouvrés.

Les jours passent, et ma boite mail, ainsi que ma boite aux lettres, crient famine. Il ne me reste donc plus qu’à contacter ma mairie… qui m’informe qu’elle m’a bien envoyé un mail (disparu mystérieusement ?), et que je suis maintenant hors délais pour m’inscrire. Je ne me démonte pas et finis par obtenir gain de cause. Ouf ! Deux jours avant la date du scrutin, qui a lieu aujourd’hui, jeudi 23 et non dimanche 26 mai comme en France, me voici inscrite.

Une amie espagnol n’a elle, pas eu cette chance : on lui a refusé son droit de vote au motif qu’elle s’est inscrite en ligne après les horaires d’ouverture de la Mairie – alors que cela n’était indiqué nulle part. Un condensé de mauvaise foi de la part de la ville de Rugby, mais qui est loin d’être un cas isolé : The Guardian, fameux journal du Royaume-Uni, a déjà recensé plus de 500 témoignages similaires, alors qu’il reste encore une heure pour exercer ses droits citoyens. D’après The Guardian, certains cousins européens ont aussi essuyé des commentaires malvenus les invitant à voter dans leur pays d’origine ». Le hashtag #deniedmyvote (« mon vote a été refusé ») fait fureur sur les réseaux sociaux."

 
temoignage.mp3 Témoignage.mp3  (3.33 Mo)






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Violence d’État

Réalisant sans coup férir le vœu du Président de rendre le pays « plus humain » en 2020, trois policiers ont interpellé le 3 janvier à Paris un coursier à scooter, Cédric Chouviat, 42 ans, père de 5 enfants, et l’ont asphyxié par un plaquage ventral complété par une fracture du larynx. Mourir lors d’un contrôle routier… Les années se suivent et se ressemblent. L’année 2019 avait commencé par le coma, le 12 janvier, à Bordeaux, du Gilet Jaune Olivier Beziade, touché en pleine tête par un tir de LBD40, qui a inauguré une année répressive jamais vue dans un mouvement social. Le 21 juillet, à Nantes, les lacrymogènes des CRS ont aussi poussé Steve, 24 ans, dans la Loire. Mourir lors d’une Fête de la musique... La violence d’État ne désarme plus. Car le coupable, bien sûr, est moins le policier frappeur que les autorités qui l’arment, le couvrent, lancent leurs forces au premier attroupement, fût-il festif, pour impressionner, intimider. Quand le libéralisme autoritaire fait du citoyen ordinaire un adversaire... 

Michel Rouger
  

09/01/2020

Nono












Partenaires